novembre 02, 2020

Deuxième boisson la plus consommée au monde après l'eau, le thé (茶, Cha, Camellia Sinensis), est bien plus qu'une simple boisson. Cultivé et consommé depuis des milliers d'années, avec une origine toujours entourée d'un voile de mystère, le thé a quelque chose qui continue à inspirer et à implorer les êtres humains de se lever le matin. L'objectif de ce guide est de fournir aux lecteurs, aux amateurs de thé, aux détracteurs de thé, aux novices du thé, à tout le monde, tout ce qui concerne le thé, et même plus. Il ne s'agit pas d'une simple liste de thés. Il ne s'agit pas seulement d'une histoire du thé. Il s'agit d'un recueil sur le thé dans toute sa gloire, depuis ses origines et sa signification culturelle, jusqu'à l'économie et aux rituels du thé.

 "Le thé.
Feuilles parfumées, bourgeons délicats.
Admiré par les poètes, aimé par les moines.
Ecrasé avec du jade blanc, filtré par de la gaze rouge.
Chaudron de couleur dorée, servi dans des tasses qui tournent dans des bulles.
Inviter la lune la nuit pour lui tenir compagnie, affronter seul le crépuscule avant le lever du soleil.
Se sentir énergisé dans le passé ou le présent, louanger en rinçant complètement l'ivresse".
Yuan Zhen

 

Sommaire

  1. Qu'est-ce que le thé ?
    1. Camellia Sinensis
    2. Histoire et origines du thé
      1. Origines factuelles du thé
      2. Les origines mythiques du thé
      3. Quels sont les différents types de thé ?
        1. Le Camellia Sinensis dans toute sa splendeur
        2. Camellia Sinensis Var. Sinensis
        3. Du thé de (presque) toutes les couleurs
        4. Thés Chinois
        5. Thés Taïwanais
        6. Thés Tibétain
        7. Thés Coréen
        8. Thés Japonais
        9. Thés Vietnamien
        10. Thés Thaïlandais
        11. Thés Cambodgien
        12. Thés Laotien
        13. Thés de Singapour
        14. Thés de Malaisie
        15. Thés du Myanmar
        16. Thés Indonésien
        17. Thés Indien
        18. Thés Népalais
        19. Thés Russe
        20. Thés d’Asie Central
        21. Thés Iranien
        22. Thés du moyen-orient
        23. Thés Turcs
        24. Thés D’Afrique
        25. Thés Européen
        26. Thés Australien
        27. Thés D’Amérique
        28. Préparation et cérémonie du thé
          1. Méthodes d'infusion
          2. Théières et outis à thé
          3. Accessoire à thés
          4. Cérémonie du thé

        Qu'est-ce que le thé?

        "Buvez votre thé lentement et avec révérence,
        comme si c'était l'axe
        sur laquelle la terre tourne
        lentement, régulièrement, sans
        se précipitant vers l'avenir ;
        Vivre le moment présent.
        Seul ce moment est la vie."
        Thich Nhat Hanh

        Il est difficile d'aller plus loin sans préciser, qu'est-ce que le thé exactement ? En termes simples, c'est une boisson généralement préparée en versant de l'eau chaude ou bouillante sur les feuilles de la plante Camellia sinensis. Bien que cela semble simple, cela nous donne en fait deux idées de ce qu'est le thé ;

        1. Une Boisson
        2. La plante Camellia sinensis 

          Bien qu'elles ne soient évidemment pas contradictoires ni en aucun cas des concepts très éloignés les uns des autres, ce sont des distinctions à garder à l'esprit. Par exemple, le masala chai magnifiquement épicé est un thé. Mais ce n'est pas une plante. Il n'y a pas de "feuilles de masala chai". Le masala chai ("chai" signifie thé, nous en reparlerons plus tard !) est une boisson à base de feuilles de thé noir, à laquelle on ajoute d'autres épices, des herbes et du lait. Ainsi, bien que le thé en tant que boisson puisse être assez varié, comme nous le verrons bientôt, le "thé" n'est pas aussi varié que l'on pourrait le supposer.

           Feuilles de thé

           

          CAMELLIA SINENSIS

          Le théier lui-même est en fait une sorte d'arbre ou d'arbuste à feuilles persistantes. Ses origines se situent dans la région humide et semi-tropicale du sud de la Chine, de la Birmanie et de l'Inde. Le nom Camélia est le nom latin de la famille des plantes à fleurs dans laquelle le théier est classé. Sinensis est le terme latin qui signifie "de Chine". En chinois, la plante est connue sous le nom de "茶花/ Cháhuā/ Fleur de thé". Bien que la liste des feuilles de thé soit longue, le thé vert, le thé jaune, le thé noir, le thé Oolong, le thé Pu'er, tous proviennent de l'un des deux principaux types de théier

          1. Camellia sinensis var. sinensis, or, Chinese tea
          2. Camellia sinensis var. assamica, or, Indian and Nepalese tea

            Ce qui distingue les différents types de feuilles de thé, c'est la façon dont elles sont récoltées et préparées pour la consommation. Il est possible de fabriquer des boissons appelées "thé" à partir d'autres sources. Par exemple, le Yerba Mate est fabriqué à partir d'un type de plante de houx également appelé "Yerba Mate", et n'est pas, à proprement parler, du camellia sinensis. Le Yerba Mate et d'autres thés non Camellia sinensis seront présentés dans des sections ultérieures, mais l'objet principal de ce guide et la majeure partie des thés suivants seront le théier Camellia sinensis.

             Camellia Sinensis

             

            HISTOIRE ET ORIGINE DU THÉ

            "Immortels, écoutez, dit Jove, et cessez de secouer ! Le thé doit succéder au vin comme la paix à la guerre. Que l'homme ne soit pas en désaccord avec le raisin, mais qu'il participe au Thé, le nectar des Dieux."
            Peter Antine Motteaux

            LES ORIGINES FACTUELLES DU THÉ

            Le Camellia sinensis est originaire d'Asie du Sud-Est, plus précisément autour de l'intersection de la latitude 29°N et de la longitude 98°E, le point de confluence des terres du nord-est de l'Inde, du nord de la Birmanie, du sud-ouest de la Chine et du Tibet. La plante a été introduite dans plus de 52 pays, à partir de ce "centre d'origine"

            Et c'est là que nous obtenons une réponse plutôt factuelle et spécifique à la question "d'où vient le thé". Quant à savoir quand et où les gens ont commencé à consommer du thé, la réponse se trouve généralement quelque part dans la province du Yunnan en Chine. L'époque, il y a environ 3000-5000 ans, se situe probablement sous la dynastie chinoise des Shang. Certains documents indiquent que cette boisson était purement médicinale jusqu'à ce qu'elle émigre dans la province voisine du Sichuan où elle a commencé à être consommée pour le plaisir également.

             the Factual Origins of Tea

             

            L'ORIGINE MYTHIQUE DU THÉ

            Traitez-moi de romantique, mais ce sont les deux histoires mythiques de l'origine du thé que je préfère. Il y a peut-être quelques vérités dans ces contes. Ainsi, leurs récits, bien que certainement divertissants, peuvent nous donner quelques idées sur les origines, ou du moins sur la signification du thé dans l'Antiquité. 

            L'AGRICULTEUR DIVIN

            La première, et la plus ancienne, est l'histoire de sa découverte par l'empereur chinois Shennong. L'empereur semi-mythique de Chine, Shennong (神農), traduit humblement par "fermier/paysan divin" ou encore "Dieu de l'agriculture", aurait vécu il y a environ 5000 ans et aurait enseigné au peuple de la Chine préhistorique toutes sortes de techniques de gouvernement et d'agriculture.

            Il aurait également non seulement rédigé un vaste traité sur les plantes et herbes médicinales, mais il les aurait toutes essayées individuellement. En les dégustant. Un jour, il était assis dehors avec un bol d'eau chaude à boire. Les feuilles d'un arbre voisin, peut-être la première plante sauvage de Camellia sinensis, ont été soufflées par le vent dans le bol. Il a bu l'eau qui avait été infusée avec les feuilles. Constatant que cette eau avait un goût agréable et un effet sur son esprit et son corps, il a fait connaître le thé aux gens. Il l'utilisa également comme antidote tout en goûtant à des plantes potentiellement nocives.

            Les représentations de l'empereur Shennong dans l'art sont incroyables. Il peut soit ressembler à un vieux souverain humain, soit être orné de cornes, de griffes, d'une barbe flottante et porter les vêtements d'un ascète des montagnes ou d'un immortel taoïste. Drapés dans des feuilles et des vignes comme un véritable homme sauvage, rappelant Dionysos/Bacchus, mais probablement beaucoup plus responsable socialement. Et s'intéressant à toutes les herbes médicinales et au thé, plutôt qu'aux seuls raisins ou aux plantes utilisées pour compiler le thyrsus. 

             Divine Farmer

             

            BODHIDHARMA, QUAND IL EST VENU DE L'OUEST

            Une autre légende attribue la création du thé à Bodhidharma. Bodhidharma était un moine bouddhiste indien, sri-lankais ou persan qui a vécu au 5e ou 6e siècle. Comme pour Shennong, il y a beaucoup de mystère quant à savoir s'il était réel ou non. Les récits de sa vie sont mûrs d'exploits épiques, comme la traversée de l'océan en se balançant un pied sur une feuille. On lui doit également l'introduction du bouddhisme Chan (禅, 선, Zen, jhāna) en Chine et l'introduction des arts martiaux au monastère de Shaolin.

            Entre autres choses, Bodhidharma était connu pour son tempérament intense et sa physicalité. Une histoire raconte qu'alors qu'il méditait dans une grotte en fixant un mur pendant des années, il s'est endormi. Lorsqu'il s'est réveillé, il était si furieux contre lui-même qu'il s'est mis à pleurer et à griffer ses yeux jusqu'à ce qu'il se déchire les paupières. Après les avoir jetées au sol, le premier théier a poussé. Il a attrapé les feuilles et a commencé à les mâcher. Se sentant rafraîchis et éveillés après avoir consommé les feuilles, il est devenu une tradition pour les moines de consommer du thé tout en participant à leur mode de vie mentalement, spirituellement et physiquement épuisant. Cela explique également l'image de Bodhidharma dans l'art bouddhiste, où il est représenté avec des yeux extrêmement larges et perçants.

            Ces deux histoires, comme beaucoup d'autres mythes et légendes, véhiculent certaines vérités. Il est certain que, selon les archives historiques et les preuves archéologiques, le thé était une boisson largement consommée, même par les souverains. Cette tradition est peut-être antérieure à certains documents écrits, même pour l'époque, et donc, bien que ses origines soient perdues, l'héritage du thé en tant que boisson médicinale est transmis dans le conte de Shennong.

            L'histoire de Bodhidharma est également significative. Le thé est devenu incroyablement lié au bouddhisme en Asie. Comme la viticulture à l'époque du christianisme s'est répandue en Europe, le thé est devenu une boisson associée à la structure religieuse du bouddhisme. Les plants de thé ont été introduits au Japon par des moines bouddhistes, et la plupart des plantations de thé en Corée étaient situées et cultivées par des moines bouddhistes. Dans le monde religieux bouddhiste, le thé n'était pas seulement une boisson médicinale ou énergétique, il était également utilisé à des fins rituelles. L'histoire de Bodhidharma reflète également cette étroite association.

             BODHIDHARMA

             

            QUELS SONT LES DIFFÉRENTS TYPES DE THÉ ?

            La voie du thé
            “Un ami m'a présenté
            Avec des feuilles tendres de thé Oolong,
            Pour laquelle j'ai choisi une bouilloire
            En or monté sur ivoire,
            Un bol de terre blanche comme la neige.
            Avec sa mousse claire et brillante et son parfum,
            C'était comme le nectar des Immortels.
            Le premier bol a lavé les toiles d'araignée de mon esprit -
            Le monde entier semblait scintiller.
            Une seconde a purifié mon esprit
            Comme des averses de pluie purificatrices,
            Un troisième et j'étais l'un des Immortels -
            Quel besoin d'austérité maintenant
            Pour purger nos peines humaines?
            Les gens du monde, en allant chercher du vin,
            Ils se trompent malheureusement eux-mêmes.
            Pour l'instant, je sais que la Voie du Thé est réelle”
            Chio Jen (Dynastie Tang)

            Nous passons donc maintenant aux véritables os et à la moelle du sujet, aux différents types de thé qui existent. C'est peut-être l'un des sujets les plus importants présentés dans le Dao De Cha pour la simple raison qu'il présente des informations qui seront recherchées par toute personne qui aime le thé.

            CAMELLIA SINENSIS DANS TOUTE SA GLOIRE

            Nous avons mentionné le camellia sinensis ad nauseum. Mais j'aimerais le répéter en ce qui concerne la répartition des différents types de thé, car la dissection la plus primordiale entre tous les thés se produit entre l'état de séchage et les soins post-cueillette, mais aussi de laquelle des deux principales sortes de camellia sinensis provient chacune des feuilles.

            Si je vais principalement discuter des deux plus grandes variantes du camellia sinensis, il faut noter qu'il existe également une "troisième" variante. La "troisième" variante est en fait une sorte de race "hybride" entre les variétés chinoises et les variétés d'Assam. Les différents types se différencient par la taille de leurs feuilles ainsi que par leur géographie. La variété chinoise a des feuilles plus petites, est typiquement cultivée dans les montagnes et a un goût plus doux et plus sucré que sa cousine d'Assam. Les théiers chinois sont généralement utilisés pour faire des thés verts, blancs, jaunes et Oolong. La variante Assam a de grandes feuilles, bénéficie de conditions de culture plus tropicales et est utilisée pour faire du thé noir et des thés fermentés comme le pu'erh. Il existe une troisième variante hybride dont la taille des feuilles se situe également entre les deux variantes principales. Mais nous allons plutôt nous concentrer sur les variétés chinoises et Assam. Une section supplémentaire sera également consacrée aux thés qui ne sont pas à base de Camellia sinensis comme notre ami sud-américain, Yerba Mate, qui est trop délicieux pour être ignoré d'un point de vue éthique ! 

            CAMELLIA SINENSIS VAR. SINENSIS

            Afin de réduire le risque de faire ressembler ce guide à un livre de sorts de Harry Potter en lançant des noms latins (les noms chinois et d'autres noms autochtones seront utilisés pour différencier les différents types de thé), on utilisera dorénavant "plante de thé chinoise" et "plante de thé d'Assam" à la place. Voyons donc le théier chinois, feuille par feuille, en commençant par le pays. Et en commençant par, vous l'avez deviné, la Chine.

             

            DU THÉ DE (PRESQUE) TOUTES LES COULEURS

            Je pense que le moment est venu de décrire les différents types de thé. J'entends par là les thés verts, blancs, Oolong, noirs, jaunes, fermentés/foncés/pu'erh, à base de plantes/florals/infusés et ce que j'appellerai les autres. Certains lecteurs se demanderont peut-être pourquoi le pu'erh est sa propre catégorie, alors que le jasmin ne l'est pas. C'est une excellente question, en fait. J'ai ajouté le pu'erh à la catégorie sombre/fermentée pour faciliter la description de cette section. Beaucoup de gens en Occident ont entendu parler du pu'erh mais peut-être pas des autres thés noirs et fermentés (nous avons entendu parler de la bière brune, mais c'est une section et une discussion pour une autre fois). Le jasmin est l'un de mes préférés, surtout la variété que l'on trouve à Okinawa. Cependant, le jasmin n'est pas un type de feuille en soi, mais plutôt une infusion florale de thé vert, blanc ou parfois noir. Mais le jasmin ne sera pas en reste à Dao De Cha, bien sûr ! Les thés tels que le Rooibos et le Honeybush seront dans la catégorie "autres/exceptionnels". C'est pour la même raison que le pauvre Yerba Mate ne sera pas plus mis en avant. Car ils ne sont pas produits à partir de la plante Camellia sinensis que nous connaissons et aimons tous. Mais ce sont quand même des thés superbes et ils ont aussi leur place dans le Dao De Cha ! La liste ci-dessous est également présentée sur une échelle allant des thés les moins oxydés aux plus oxydés. Du thé blanc le moins oxydé au thé fermenté/foncé le plus oxydé.

            THÉ BLANC (白茶/ BAICHA)

            Certains débats portent sur le thé blanc et sur ce qui désigne un thé comme étant blanc plutôt qu'une catégorie de thé différente. En général, le thé blanc est fait à partir de feuilles de thé, de brindilles et de bourgeons jeunes et non ouverts. Il n'est pas autant oxydé ou préparé que les autres thés et sa saveur est généralement considérée comme beaucoup plus "légère" par rapport aux autres thés.

            White Tea

             

            THÉS VERT (綠茶/LUK-CHA)

            Le thé vert, le thé classique que nous connaissons et aimons tous. En quoi est-il différent des autres thés énumérés ci-dessous ? Principalement qu'il ne passe pas par le même processus de flétrissement, de fermentation et d'oxydation qui le transformerait en Oolong, noir ou pu'erh.

            Green Tea

             

            THÉ JAUNE (黄茶)

            Le thé jaune est souvent regroupé dans la même catégorie que le thé vert. Mais il en diffère par une étape supplémentaire dans la préparation des feuilles. Les feuilles sont emballées et cuites à la vapeur pour permettre aux feuilles de s'oxyder plus lentement. Les avantages de cette étape supplémentaire de préparation confèrent au thé un goût et une odeur plus doux. 

            THÉ OOLONG (烏龍)

            Le Oolong est un thé semi-oxydé. Le nom signifie "thé du dragon noir", le caractère utilisé pour "noir" signifiant "noir comme un corbeau ou une corneille". Ce thé est moins oxydé que le thé noir.

            oolong tea

             

            THÉ NOIR (红茶)

            Ce qui distingue le noir de ses frères et sœurs des variétés blanches, vertes et autres, c'est la quantité d'oxydation utilisée pour préparer ces thés. L'oxydation se produit lorsque les feuilles de thé sont transformées en feuilles séchées. Il existe de nombreux styles et techniques pour cela, et le résultat avec le thé noir est un goût plus fort et une couleur beaucoup plus sombre. Le nom du thé noir en chinois et dans la plupart des autres langues asiatiques est en fait "thé rouge". La confusion des noms vient des négociants néerlandais qui, voyant les briques et les feuilles de thé comme étant noires, ont appelé le thé "thé noir".

            Black Tea 

            THÉ PU'ERH (黑茶)

            Traduit du chinois par "thé noir", mais appelé en anglais "fermented/dark" tea. On laisse les thés fermentés s'oxyder et fermenter de quelques mois à plusieurs années. Cela provoque de nombreux changements dans le thé, même à un niveau microbien. La couleur devient plus foncée, le goût et l'arôme changent beaucoup. La sensation en bouche et l'expérience de la consommation du thé changent également. Les microbes présents dans le thé peuvent même contribuer à des bienfaits supplémentaires pour la santé, en particulier ceux liés à la sensation de satiété et à la digestion. Le kombucha (le thé fermenté à la mode, à ne pas confondre avec le thé de varech japonais, également appelé kombu cha), le bad boy du monde du thé, fait également partie de cette catégorie. Les thés fermentés sont formés à partir de thés verts ou Oolongs et aussi de thés noirs.

            Pu'er Tea

             

            À BASE DE PLANTES/ FLORAL/ INFUSÉ/ TISANES/ AUTRE/ EXCEPTIONNEL

            J'ai regroupé les thés infusés, non pas par insensibilité ou par un sentiment de snobisme hautain, mais simplement pour faire simple. Il existe des centaines et des centaines de types de ces thés dans le monde entier. J'aimerais les énumérer tous, mais ce serait un long article, c'est certain. Peut-être qu'un jour, après des années d'enthousiasme pour le thé, je pourrai les compiler tous en une seule source, mais pour l'instant, ces thés sont généralement à base de thé vert, Oolong, noir ou d'une autre variété de thé. D'autres herbes, épices, fleurs et ingrédients sont combinés pour créer une autre boisson, parfois sans caféine, parfois avec de la caféine. La plupart sont infusés à des fins sanitaires et médicinales, mais cela n'exclut pas qu'ils soient aussi délicieux !

            Cette dernière catégorie regroupe également les boissons qui portent le nom de "thé" mais qui ne sont pas strictement produites à partir de la plante Camellia sinensis. De nombreuses boissons médicinales et de remèdes populaires entrent dans cette catégorie. Par exemple, un thé au gingembre fait à partir de miel et de tranches de gingembre et de citron infusées dans de l'eau chaude peut être considéré comme du "thé au gingembre". Dans ce cas, un tel thé au gingembre tomberait dans la catégorie "autre/exceptionnel". Je préfère ne pas utiliser "autre", car cela semble presque insultant, et j'ai donc ajouté le terme "exceptionnel". Ce qui désigne un thé comme exceptionnel dans le contexte de cette liste, c'est s'il s'agit d'un thé, mais à l'exception du fait qu'il n'est pas fait par notre bon ami, camellia sinensis. Dans ce cas, nous ferons ici une exception pour la boisson.

            Cette catégorie est peut-être la plus difficile à évaluer simplement parce qu'elle est incroyablement diverse et nuancée. Je vais donc faire de mon mieux pour enregistrer ici le plus grand nombre possible de ces excellentes boissons.

             Herbal Tea

             

            THÉS CHINOIS

            La consommation et la culture du thé en Chine remontent à des siècles. Beaucoup considèrent la Chine comme le lieu de naissance du thé, et le théier a en effet vu le jour à l'intérieur des frontières de la Chine moderne, en même temps que celles de certains autres pays asiatiques.

            THÉS BLANCS CHINOIS

            • Meng Ding Huang Ya (蒙頂黃芽) : thé de la province du Sichuan, utilisé comme thé d'hommage durant la dynastie Tang
            Bai Mu Dan White Chinese Tea
            • Bai Hai Yin Zhen (白毫銀針):Thé du Fujian, thé blanc très prisé et très cher.
            • Shou Mei (壽眉):Thé du Fujian et de la province du Guangxi, récolté à partir de pointes et de feuilles naturellement flétries et dont la couleur est plus intense que celle des autres thés blancs.
            Shou Mei Chinese White Tea
            • Gong Mei (貢眉):Thés des provinces du Fujian et du Guangxi, de couleur jaune doré.
            Gong Mei White Chinese Tea

              GREEN CHINESE TEAS

              • Anji bai Cha (安吉白茶) : Malgré son nom, c'est en fait un thé vert, à grandes feuilles et rare.
              • Baimao Hou (白毛猴茶) : Thé de la province du Fujian, souvent confondu avec le thé blanc.
              • Biluochun (碧螺春) : Un thé fortement aromatique de la province du Jiangsu.
              Biluochun Chinese Green Tea
              • Chun Mee (珍眉) : Apparence poussiéreuse et goût acide, originaire de la province de Jiangxi.
              Chun Mee Chinese Green Tea
              • Da Fang (頂谷大方) : originaire de la province de l'Anhui, ce célèbre thé a un arôme de noisette.
              • Huangshan Maofang (黃山毛峯) : Produit dans le Huangshan (Montagnes jaunes) dans la province de l'Anhui. Ses feuilles ressemblent à des aiguilles et ont une légère saveur florale.
              Huang Shan Mao Feng
              • Thé Longjing (龍井茶) : Célèbre et légendaire thé produit dans la province du Zhejiang. Saveur douce et sucrée avec des feuilles comestibles.
              Dragon Well Tea
              • Thé Lu'an aux graines de melon (六安瓜片) : Un thé célèbre de la province de l'Anhui, nommé d'après les feuilles en forme de graines de melon.
              • Mengding Ganlu (蒙頂甘露) : un thé à l'histoire mouvementée de la province du Sichuan. Il a une couleur vert jaunâtre et un arrière-goût sucré.
              • Taiping Houkui (太平猴魁) : Cultivé dans la province de l'Anhui, il a remporté le titre de "Roi du thé" en 2004. C'est une variété de thé vert cuit au four, connu pour la forme distincte de ses feuilles.
              • Zhuyeqing (竹叶青) : Un thé vert du Sichuan, connu pour son agréable arôme et goût floral.
              • Xi Hu Long Jing (西湖龍井 : Thé populaire de la province du Zhejiang. Cueilli au début du printemps.
              • Hui Ming Cha (惠明茶) : Nommé d'après le moine bouddhiste "Huiming" qui aurait planté le premier de ce thé qui pousse dans la province du Zhejiang.
              • Gu Zhu Zi Sun (顧渚紫筍) : Nommé d'après le premier village du Zhejiang où cette variété a été cultivée et nommé d'après la coloration violette que possèdent les feuilles. Léger, rafraîchissant et fruité
              • Xin Yang Mao Jian (信陽毛尖) : Un thé de la province du Henan, très parfumé et aromatique.
              • Ping Shui Zhu Cha (平水珠茶) : Feuilles de thé roulées en boulettes qui ressemblent à de la "poudre à canon", originaires de la province du Zhejiang. Le Ping Shui est le style original et aromatique du thé gunpowder.
              • Jing Shan Cha (京山茶/) : Le thé de la province du Zhejiang a un goût léger et sucré et un arôme agréable. Un thé étroitement associé au bouddhisme.
              • Nan'an shi Ting Lu (南安石亭綠) : Une variété de thé vert chinois.
              • Zhu Ye Qing (竹葉青/ Feuille de bambou vert, pointe de bambou vert) : Un autre thé étroitement lié au bouddhisme, cultivé au Mont Emei dans la province du Sichuan, un site bouddhiste sacré. Il est riche en antioxydants.
              • Yong Xi Huo Qing (湧溪火青) : Un thé de la province d'Anhui, un thé vert fort avec une saveur initiale fumée qui se déploie en un goût floral.
              • Xiu Ning Song Luo (休寧松蘿) : La province d'Anhui frappe à nouveau avec ce fameux thé vert également produit dans l'espace sacré bouddhiste de la montagne Song Luo.
              • Wang Hai Cha (望海茶) : Un thé de la province du Zhejiang, à l'aspect brillant.
              • En Shi Yu Lu (恩施玉露) : Thé de la province du Hubei, le seul thé chinois célèbre traité à la vapeur. Il a un goût floral doux.
              • Du Yun Mao Jian (都勻毛尖) : Un thé de la province de Guizhou, à l'arôme végétal et au goût rafraîchissant.
              • Gui Ping Xi Shan Cha (桂平西山茶) : Thé vert de la province du Guangxi.
              • Lao Zhu Da Fang (老竹大方) : Thé vert Anhui, arôme de châtaigne parfumé et goût vif.
              • Nan Jing Yu Hua Cha (南京雨花茶) : Thé du Jiangsu, et nommé d'après la ville où il est produit. Aspect d'aiguilles de pin et arôme fleuri apaisant.
              • Kai Hua Long Ding (開化龍頂) : Thé vert du Zhejiang, au goût fort et astringent, idéal avec le pot Yixing.
              • Lu Shan Yun Wu (廬山雲霧) : Thé de la province de Jian Xi, un thé très doux avec un arôme et des notes fruitées
              • An Hua Song Zhen (安化松針) : thé vert de la province du Hunan.
              • Jiang Shan Lu Mu Dan (江山綠牡丹) : La province d'Anhui produit ce thé vert, les feuilles sont arrangées et attachées ensemble pour ressembler à une fleur de pivoine.
              • Gao Qiao Yin Feng (高橋銀峰) : Un thé produit dans la province de Hunan, un goût fort mais rafraîchissant et moelleux.
              • Shu Cheng Lan Hua (舒城蘭花) : Produit dans le sud de la province d'Anhui, a un goût savoureux.
              • Wu Xi Hao Cha (無錫毫茶) : Thé rare du Fujian
              • Tian Mu Qing Ding (天目青頂):Thé sucré du Zhejiang.
              • Gu Zhang Mao Jian (古丈毛尖):Thé de spécialité du Xiangxi au goût de terre.
              • Meng Ding Gan Lu (蒙頂甘露):Thé de la province du Sichuan, dont on dit qu'il provient du premier endroit où le thé a été cultivé.
              • Yong Chuan Xiu Ya (永川秀芽):Un thé de la province de Chong Qing, connu pour sa couleur verte frappante.
                Pan'an Yun Feng (盤安云峰):Thé du Guangxi, dont on dit qu'il ressemble au Darjeeling.
              • Pu Tuo Fo Cha (普陀佛茶) : thé du Zhejiang, utilisé en hommage au Bouddha.
              • Song Yang Yin Hou (松陽銀猴/):Thé du Zhejiang au nom ludique, au goût fleuri et un peu noiseté.
              • Pu Bu Xian Ming (瀑布仙茗):Un thé du Zhejiang exceptionnel.
              • Qian Dao Yu Ye (千島玉葉):Le Zhejiang gagne encore une fois avec ce charmant thé en feuilles.
              • San Bei Xiang (三杯香):Un thé du Fujian au goût doux et astringent.
              • Jing Ting Lu Xue (敬亭綠雪):Province de l'Anhui, utilisé en hommage aux cours Ming et Qing.
              • Xue Shui Yun Lu (雪水雲綠):Thé aux aiguilles du Zhejiang.
              • Lin Hai Pan Hao (臨海蟠毫):Thé du Zhejiang traité pour ressembler à des boucles de cheveux. Savoureux.
              • Pu Jiang Chun Hao (浦江春毫):Thé du Yunnan, qui peut être fermenté pour faire du pu'erh.
              • Yang Yan Gou Qing (羊岩勾青):Thé du Zhejiang très rare.
              • Lu Jian Cha (綠劍茶/):Bourgeons en forme de lame de
              • Fujian.Dian Qing (滇青):Thé du Yunnan, principalement fermenté en pu'erh.
              • Wu Yang Chun Yu (武陽春雨):Thé du Zhejiang, qui ressemble à des aiguilles de pin.
              • Wu Zi Xian Hao (午子仙毫):Thé de la province du Shangxi, produit pour la première fois sous la dynastie Qin.
              • Lu Ming Wu Cha (鹿鳴霧茶):Un thé mystérieux, sur lequel il n'y avait jusqu'à présent que peu ou pas d'informations en anglais.
              • Dong Bai Chun Ya (東白春芽):Thé du Zhejiang.
              • Jian De Bao Ya (建德苞茶):Thé du Zhejiang, feuilles d'apparence sombre et de couleur agréable.
              • Mao Shan Chang Qing (茅山長青):Thé de la province du Jiangsu, nommé d'après la montagne sacrée des taoïstes.
              • Xiao Bu Yan Cha (小布岩茶):Thé du Fujian avec une sensation de bouche pierreuse.
              • Xiao Yao Yun Wu (仙瑤隱霧):Thé du Jiangxi.
              • Feng Yang Chun (鳳陽春):Thé Yangzhou rare.
              • Nu'er Huan (女兒環/):Thé du Fujian roulé avec art en petits anneaux.
              • Cheng Tian Xue Long (承天雪龍):Rare thé du Zhejiang.
              • Wu Zhou Ju Yan (婺州舉岩):Thé du Fujian "Cliff tea".
              • Yang Dang Mao Feng (雁蕩毛峰):Thé du Zhejiang à feuilles flottantes.
              • Wang Fu Yin Hao (望府銀毫):Thé du Zhejiang, à la saveur douce.
              • Heng Wen Xi Xiu (橫紋細秀):Thé de Shenzhen.
              • Fu Lai Chun (浮來春):Thé mystérieux et rare, plus d'infos bientôt !
              • Wu Dong Cha (霧洞茶):Thé de la province de Hubei.
              • Da Fo Long Jing (大佛龍井):Thé du Zhejiang, apprécié par la cour royale de Qing.
              • Xue Qing (雪青茶):Thé Shandong de la côte.
              • Cai Hua Mao Jian (採花毛尖):Un autre thé qui aura plus d'informations bientôt

                THÉS JAUNES CHINOIS

                • Meng Ding Huang Ya (蒙頂黃芽):Thé de la province du Sichuan, utilisé comme thé d'hommage pendant la dynastie Tang.
                Meng Ding Huang
                • Huo Shan Huang Ya (霍山黃芽):Thé de la province d'Anhui, connu pour sa saveur poivrée.
                • Mo Gan Huangya (莫干黃芽):Thé de la province du
                • Zhejiang, cultivé dans des conditions uniques avec des bambous et des cascades.
                • Jun Shan Yin Zhen (君山銀針):Thé de la province du Hunan, similaire au thé blanc.
                • Wei Shan Mao Jian (溈山毛尖):Le thé de la province du Hunan, un thé populaire auprès des politiciens et des poètes chinois, dont le président Mao Zedong.
                • Huo Shan Huang Da Cha (霍山黃大茶):Thé de la province d'Anhui, particulièrement sucré.

                THÉS OOLONG CHINOIS

                • Mei Zhan (梅占):Fujian avec une liqueur brillante et un arôme doux.
                • Feng Huang Dan Cong (鳳凰單樅):Thé de la province de Guangdong, utilisé comme tribut impérial pendant la dynastie des Song.
                • Fu Jian Shui Xian (福建水仙) : Thé de la province du Fujian, au parfum de miel.
                • Ling Tou Dan Cong (嶺頭單樅):Thé de la province du Guangdong, imprégné des saveurs uniques du sol volcanique de la région.
                • Da Hong Pao (大紅袍) : thé des provinces du Fujian et du Jiangxi, tordu de façon à rouler sur le côté.
                • Tie Luo Han (鐵羅漢):Thé du Fujian de la montagne Wuyi, source de nombreux autres grands thés. Nommé d'après la légende d'un Arhat d'or.
                • Bai Ji Guan (白雞冠):Thé Wuyi de la province du Fujian. Nommé d'après une légende où un moine a vu un coq courageux protéger ses petits contre un aigle, mais est mort au combat. Un théier a poussé sur le lieu de sépulture du coq.
                • Shui Jing Gui (水晶龜/Tortue d'eau dorée) : thé Wuyi de la province du
                • Fujian. Il a une couleur vert foncé.
                • Yong chun Fo Shou (永春佛手) : thé Wuyi de la province du Fujian. Possède un goût nouveau.
                • Tong Tian Xiang (通天香):Thé de Guangdong, souvent appelé "Fenghuang" ou thé du Phénix.
                • Huang Zhi Xiang (黃枝香):Thé de la province du Hunan, provenant des montagnes du Fenghuang ou du Phénix.
                • Rou Gui (肉桂):thé du Fujian de mt. Wuyi. Développé pour la première fois pendant la dynastie Qing, il a un arôme doux.
                • Tie Guan Yin (鐵觀音):Thé de la province du Fujian. Nommé d'après le bouddhiste et taoïste Kwan Yin, la déesse de la miséricorde. Il existe de nombreuses variétés différentes.
                • Huang Jin Gui (黃金桂):Thé de la province du Fujian, arôme fleuri et saveur lourde apparentée au thé vert ou noir.
                • Dong Ding Wu Long (凍頂烏龍):Autre héros du Fujian, a une saveur de pêche et de miel.
                • Wen Shan Bao Zhong (文山包種):Thé du Fujian et de Taïwan. Un thé à feuilles non torréfiées et torsadées.
                • Bai Hao Wu Long (白毫烏龍):Thé de Taïwan, de couleur ambrée avec une douce note de miel.
                • Shui Xian Tea Cake (誰先茶餅):Thé de la province du Fujian de mt. Wuyi. Peut être vieilli pour en améliorer encore la saveur.
                • Mao Xie (毛蟹):Thé de la province du Fujian, à la saveur épicée et savoureuse.
                • Qi Lan (奇蘭):Thé de la province du Fujian, connu pour son arôme et ses goûts doux, sucrés et de noix.

                THÉS NOIR CHINOIS

                • Qi Hong (祁紅):Thé de la province de l'Anhui, très célèbre et populaire, connu pour sa saveur fruitée et fumée
                • Zheng Shan Xiao Zhong (正山小種):La fumée de thé de la province du Fujian est séchée sur du bois de pin pour lui donner une saveur de pin distincte.
                • Jin Jun Mei (金駿眉):Le thé de la province du Fujian a une saveur douce et fruitée.
                • Yi Hong (宜紅):Thé de la province de Hubei. Traditionnellement utilisé pour l'exportation vers l'Occident.
                • Ying Hong (英紅):Thé de Guangdong avec une finale fruitée et sucrée.
                • Dian Hong/ Yunnan Black Tea (滇紅/ Yunnan Gold):Thé noir de la province du Yunnan à la saveur fruitée et douce.
                • Ning Hong (寧紅):Thé de la province du Jiangxi, salué comme étant bénéfique pour la perte de poids.
                • Jiu Qu Hong Mei (九曲紅梅):Thé de la province de Zhejian, riche en arôme et en saveur.
                • Tan Yang Gong Fu (坦洋工夫):Thé de la province du Fujian, complètement fermenté avec une liqueur rouge brillante.
                • Bai Lin Gong Fu (白琳工夫):Un autre thé du Fujian, exceptionnellement rare.
                • Mi zhuan (米磚/):Thé noir en brique de la province de Hubei. Très fermenté.

                LES THÉS PU'ERH CHINOIS

                • San pu'erh cha (散普洱):Le thé de la province du Yunnan, la forme en feuilles détachées du pu'erh.
                  An hui hei zhuan (安化黑磚):Le thé noir de la province du Hunan.
                • Qian Liang cha (千兩茶):Thé de la province du Hunan, similaire au pu'erh. Pressé dans des poteaux qui sont découpés en gâteaux.
                • Bai liang cha (百兩茶):Thé de la province du Hunan, similaire au Qian Liang.
                • Liu bao cha (六堡茶):Thé de la province du Guangxi, semi-fermenté et possédant un goût unique.
                • Kang zhuan (康磚):variété de thé tibétain, a été transporté sur la route historique du thé à cheval
                • Jin Jian (金尖):Mystérieux thé noir.
                • Qing zhuan cha (青磚茶):Thé de la province du Hubei, utilisé autrefois pour le tribut et possédant une couleur orange intense.
                • Fu zhuan (茯磚茶):Le thé du Hunan, peut développer un champignon appelé "fleur dorée".
                • Zhu tong cha (竹筒茶):Le thé de la province du Yunnan, conservé dans des tubes de bambou, a un goût d'agrumes.
                • Pu'erh fang cha (普洱方茶):Pu'erh "cru" du Yunnan.
                • Tuo cha (沱茶):Thé du Hunan, pressé en "nid d'oiseau" comme des boules.
                • An Hua hua zhuan (安化花磚):Thé du Yunnan récolté à partir de thés plus anciens mais produit par une société plus récente.
                • Kombucha (champignon de thé, champignon de Mandchourie) : Origines incertaines, peut-être Chine du nord-est, Mandchourie. Thé fortement fermenté, effervescent et légèrement alcoolisé, souvent fait à partir de thé vert, noir ou autre..

                THÉS À BASE DE PLANTES/FLORALS/INFUSÉS/AUTRES THÉS CHINOIS

                • Thé au jasmin (茉莉花茶) : Produit à partir de presque toutes les variétés de thé, parfumé aux fleurs de jasmin. Il aurait été introduit en Chine depuis l'Inde à l'époque des Han, la province chinoise du Fujian étant aujourd'hui le producteur le plus célèbre.
                • Thé en fleurs (香片,工艺茶,开花茶) : Un fagot de feuilles de thé séchées et de fleurs séchées sont attachées ensemble. Origines possibles au Yunnan, d'où proviennent généralement les feuilles.
                • Lei Cha (擂茶) : Ancienne coutume originaire du sud de la Chine pendant les trois royaumes ou la dynastie Han. Type de soupe ou de bouillie à base de thé moulu et d'autres céréales, d'herbes et parfois même de viande.
                • Thé au chrysanthème (菊花茶) : Un thé infusé avec des fleurs de chrysanthème, apprécié pour la première fois pendant la dynastie Song. On peut y ajouter d'autres ingrédients tels que du sucre et des baies.
                • Kuding (苦丁茶) : Un thé produit à partir d'un type de houx qui pousse dans la province du Sichuan. Il peut être caféiné ou non caféiné.
                • Thés au 24 saveurs (廿四老味茶) : Un thé cantonais qui se décline en de nombreuses variations et une pléthore d'ingrédients.
                • Wong lo kat/ Wang Lao Ji (王老吉) : Tisane chinoise des provinces de
                • Guangdong et de Guangxi, fondée par le docteur Wong Chat Bong.
                • Thé au lait hongkongais (港式奶茶) : Thé au lait spécial à base de thé noir et souvent préparé en "bas" et mélangé à du lait évaporé ou condensé. Existe en plusieurs styles.
                • Yuenyeung (鴛鴦):Boisson composée de 3 parts de café et de 7 parts de thé au lait de style hongkongais, où le thé noir serait la base.

                THÉS TAÏWANAIS

                On dit que certains des premiers thés de Taïwan ont été introduits du Fujian et de sa célèbre région montagneuse de Wuyi. Les premières traces de thé à Taïwan remontent aux années 1700, lorsque certaines de ces premières plantes ont été apportées de Chine continentale. Taïwan a servi de plaque tournante pour la culture et le commerce du thé pendant des générations. En 1860, Taïwan a commencé à exporter du thé dans le monde entier, souvent sous le nom de "Formosa Oolong", Formosa étant un nom plus ancien pour Taïwan. Aujourd'hui, Taïwan est un producteur de thé compétitif, en particulier de variantes de spécialité et de thés Oolong. Taïwan produit environ 20 % des thés Oolong du monde et possède de nombreuses zones de culture du thé riches et de grande qualité. Les Oolong de Taïwan sont de renommée mondiale et sont considérés comme le "Champagne du thé". Le thé en bulle a également été inventé à Taïwan dans les années 80.

                THÉS VERT TAÏWANAIS

                • Longjing (龍井茶) : Thé très sucré avec des feuilles qui peuvent être consommées après infusion.
                • Biluochun (碧螺春) : Un goût léger et floral avec un arôme fort, roulé pour ressembler à des escargots.
                • Baozhong (包種茶) : Thé importé du Fujian au XIXe siècle, les régions les plus populaires pour sa culture sont Nankang et Wenshan. Il a une saveur sucrée.
                • Dongfang Meiren (東方美人茶) : Popularisé par la reine Elizabeth II, ce thé Oolong unique en son genre incorpore des œufs d'insectes et des sacs d'œufs dans le processus de récolte, ce qui lui donne une saveur terreuse.
                • Tie Guanyin (木柵鐵觀音) : Diffère de la variété Anxi car elle est grillée et a un goût plus robuste et une couleur plus foncée que son prédécesseur Tie Guanyin de Chine continentale.
                • Gao Shan (高山茶) : Variétés cultivées à haute altitude, généralement à 1 000 mètres (3 280 pieds).
                • Lishan (梨山) : Gao shan oolong très cher, cultivé à 2 200 mètres d'altitude.
                • Dayuling (大禹嶺):Un autre oolong gao shan oolong très cher, cultivé à 2 500 mètres d'altitude.
                • Ali Mountain (阿里山):Terme général appliqué au oolong légèrement oxydé de Taïwan, souvent récolté en hiver. Le thé Alishan (montagne Ali) Zhulu est très prisé, notamment du cultivar Qing Xin, qui produit un oolong très apprécié.
                • Lys d'or (金萱) : Oolong à saveur lactée de la variété de montagne Ali, développé dans les années 80
                • Fo Shou (佛手/ La main de Bouddha) : Originaire du Fujian, a une saveur unique.

                THÉS NOIR TAÏWANAIS

                • Thé de Taiwan au jade noir : Un thé très original, produit dans les années 90 par la Station de recherche et d'expérimentation sur le thé de Taiwan. Il se trouve que celui-ci est un hybride entre le camellia sinensis et une variante spéciale de thé originaire de Taïwan, le camellia sinensis forma formosensis. Sa saveur unique ressemble à celle du miel, de la menthe et de la cannelle. Une autre particularité de ce thé est qu'il est préparé après qu'un insecte connu sous le nom de cicadelle ait pondu des œufs et piqué les feuilles de thé. Il en résulte une réaction chimique de la part de la plante qui agit comme un mécanisme de défense qui attire les araignées vers la plante, vraisemblablement pour l'aider à se défendre contre la cicadelle. La réaction chimique dans la plante et les œufs de cicadelles résiduels donnent à ce thé son goût particulier.

                THÉS À BASE DE PLANTES/FLORALES/INFUSÉS/AUTRES THÉS TAÏWANAIS

                • Osmanthus (桂花茶) : Thé introduit de la Chine continentale. Il est parfumé à l'osmanthus et souvent emballé avec des fleurs de la plante.
                • Bulle de thé (波霸奶茶) : Originaire des années 80 dans les villes de Tainan et Taichung. Cette boisson est fabriquée à partir d'une grande variété de thés, souvent verts et noirs, et comporte des boules de tapioca ou "perles" dans le fond. D'autres ingrédients tels que diverses gelées sont également utilisés. Cette boisson peut également être glacée et est populaire dans le monde entier.

                THÉS TIBÉTAIN

                Les origines de la culture du thé au Tibet ne sont pas certaines, mais de nombreux chercheurs suggèrent que le thé a été apporté et popularisé par la princesse Wenchang de Tang qui était mariée au roi tibétain Songtsen Gampo. C'est à partir de ce moment que la culture du thé s'est répandue au Tibet. Le Tibet était également un partenaire commercial important sur la Route du Cheval de Thé (Cha-ma-dao/ 茶马道) ou sur l'ancienne Route du Cheval de Thé (Cha-ma-gu-dao/茶馬古道). Sur la Route du cheval du thé, ou Route de la soie du sud, comme on l'appelle aussi, le Tibet échangeait des chevaux contre du thé et d'autres marchandises. L'un des principaux sites de commerce se trouvait au Yunnan et certains pensent que le voyage à travers de nombreux types de terrains différents autour de l'Himalaya et du sud de la Chine a fait fermenter le thé pu'erh du Yunnan et est devenu ce que nous connaissons aujourd'hui. Comme les légumes et autres plantes sont difficiles à cultiver au Tibet, le thé sert souvent d'aliment de base pour remplacer le manque de végétation. Le thé au beurre est un type de thé tibétain particulièrement célèbre qui constitue une part importante du régime alimentaire et de la culture tibétaine.

                TISANES /FLORALS/INFUSÉS/AUTRES THÉS TIBÉTAINS

                De nombreux thés tibétains sont dégustés en infusion ou mélangés à d'autres ingrédients, herbes et épices. Le thé en brique est couramment utilisé, en particulier le pu'erh et le thé noir.

                • Thé au beurre (བོད་ཇ་ Thé tibétain) : boisson traditionnelle à base de feuilles de thé, de beurre de yak ou de vache, d'eau et de sel. Largement consommé comme aliment de base quotidien. Fabriqué à l'aide d'une baratte et également connu sous le nom de "thé baratté".
                • Thé sucré : Boisson populaire composée de thé noir, de lait en poudre et de sucre, avec quelques variations sur les ingrédients spécifiques.
                • Thé noir avec du beurre
                • Thé au lait
                • Mang Jha : Thé servi dans les monastères et lors des cérémonies religieuses.

                THÉS CORÉEN 

                La première mention du thé en Corée remonte à la reine Heo Hwang-ok à l'époque des Trois Royaumes (57 avant J.-C. à 668 après J.-C.). La reine Heo Hwang-ok était une princesse d'Ayodha, en Inde, et on dit qu'elle est arrivée en Corée en offrant le Camellia sinensis var. assamica en cadeau. À cette époque, de nombreuses tisanes et thés floraux différents étaient également consommés. Des siècles après la légende de la première plante de thé de la reine Heo Hwang-ok, et l'introduction plus large de la culture chinoise par les moines bouddhistes, le thé, surtout le thé vert, a commencé à se répandre dans la péninsule. Le thé a prospéré au cours des trois derniers royaumes, puis des ères Silla et Goryeo, en commençant sérieusement par la reine Seondeok de Silla qui importait du thé de Chine.

                Le thé, ainsi que la culture chinoise et bouddhiste, se sont largement répandus, de nombreuses plantations de thé étant cultivées sur des terres appartenant à des monastères et le thé étant utilisé pour des rituels et des rites religieux. Sous la dynastie coréenne Joseon (1392-1910), les cérémonies du thé sont passées de rituels bouddhistes pieux à des pratiques séculaires ou confucéennes et à des rites ancestraux. Le thé a commencé à être apprécié non seulement par la noblesse, mais aussi par l'ensemble de la société. Le thé perdit ainsi sa place de vénération et, alors que la rivalité entre les politiques confucéennes et néo-confucéennes du gouvernement Joseon et le bouddhisme s'intensifiait, le thé, qui était encore associé au bouddhisme, fut lourdement taxé et les monastères et les champs de thé furent même parfois détruits.

                Après plusieurs guerres avec le Japon, qui ont finalement abouti à la période coloniale (1910-1945) et à la guerre de Corée qui a suivi, la culture du thé et les plantations en Corée ont été presque éradiquées. Mais à partir des dernières décennies, les universitaires et les moines bouddhistes ont contribué à rajeunir et à revigorer le thé et la culture du thé en Corée. Historiquement, la Corée a toujours été une source de théiers superbement travaillés, notamment en ce qui concerne les tasses et les bols en faïence qui possèdent un savoir-faire naturel et sans prétention, toujours considérés comme faisant partie des plus beaux objets pour le thé aujourd'hui. Les régions productrices de thé de Boseong, Hadong et de l'île de Jeju sont réputées pour leur thé de haute qualité.

                • Ujeon (우전/ 雨前) : Un thé vert doux et sucré, cueilli avant les premières pluies de la saison, semblable au thé blanc.
                • Sejak/ Jakseol (세작/細雀) : Thé fait à partir de jeunes feuilles tendres cueillies à un moment précis de l'année.
                • Jungak (중작/中雀) : Type de feuilles de thé cueillies au cours du cycle suivant de l'année.
                • Daejak (대작/大雀) : Le prochain grand type de feuilles en forme de langue de moineau
                • Ipcha (잎차) : Thé vert en feuilles
                • Yeopcha (엽차/葉茶) : Thé vert en feuilles
                • Garu-cha (말차/말차/末茶) : deux thés en poudre, similaires au matcha
                • Deokkeum-cha (덖음차) : feuilles de thé vert torréfiées dans leur préparation
                • Jeungje-cha (증제차/蒸製茶) : Feuilles de thé vert cuites à la vapeur lors de leur préparation
                • Banya-cha (반야차/般若茶) : Sagesse bouddhiste thé vert
                • Jungno-cha (로차/ 竹露茶) : Thé vert à la rosée de bambou

                THÉ JAUNE 

                • Hwangcha (황차/黃茶/ "thé jaune") : Thé préparé de façon similaire au Oolong chinois, ou thé noir légèrement oxydé.

                THÉ NOIR

                • Hongcha (홍차/ 紅茶) : Thé noir coréen
                • Jaekseol-cha (잭설차) : Thé noir produit à Hadong, dans la province de Gyeongsang du Sud

                THÉS PU'ERH 

                • Tteokcha (떡차)/Byeongcha (병차/餠茶) : thé fermenté
                • orim-cha (보림차/寶林茶) Borim-baengm-cha (보림백모차/寶林白茅茶) : Thé fermenté du temple de Borim dans la province de Jeolla du Sud
                • Doncha (돈차)/ Jeoncha (전차/錢茶)/Cheontaejeon (청태전/靑苔錢) : Thé fermenté en forme de pièces de monnaie de l'ère Joseon.

                À BASE DE PLANTES/FLORAL/INFUSÉ/AUTRE

                • Hyeonmi-nokcha (현미녹차/玄米綠茶/ "thé vert au riz brun") : Thé infusé avec du riz brun
                • Remon Nokcha (레몬 녹차/ "thé vert au citron") : Thé vert infusé au citron
                • Baegyeop-cha (백엽차/柏葉茶 thé aux feuilles de pin) : Le thé aux aiguilles de pin coréen
                • Baeksan-cha (백산차/白山茶)/ thé blanc de montagne) : Thé en feuilles du Labrador
                • Bakha-cha (박하차/薄荷茶)/ thé à la menthe) : Thé à la menthe sauvage d'Asie de l'Est
                • Daennip- cha (댓잎차/ thé en feuilles de bambou) : thé à base de feuilles de bambou
                • Gamnip-cha (감잎차) : thé fait avec des feuilles de kaki
                • Hwangsan-cha (황산차/黃酸茶)/ thé de baie de rose) : thé fait à partir de feuilles de baie de rose
                • Iseul-cha (황산차/黃酸茶 thé de rosée) Gamno-cha (감로차/甘露茶/ thé de rosée sucré) : Thé en feuilles d'hortensia des montagnes
                • Maegoe-cha (매괴차/玫瑰茶) : Thé à base de feuilles de rose rugueuse
                • Mulssuk-cha (물쑥차/ thé d'armoise) : Thé à base d'armoise commune
                • Ppongnip-cha (뽕잎차/ thé de feuilles de mûrier) : thé blanc de feuilles de mûrier
                • Seombaengnihyang-cha (섬백리향차/ thé au thym) : Thé au thym provenant de l'île d'Ulleungdo
                • Sollip-cha (솔잎차/ thé aux feuilles de pin) : Thé aux aiguilles de pin rouge de Corée
                • Ssukcha (쑥차/ thé d'armoise) : Thé distinct du mulssuk cha, car il est fait à partir d'armoise coréenne
                • Yeonnip-cha (연잎차/ thé aux feuilles de lotus) : Thé fait à partir de feuilles de lotus
                • Dohwah-cha (도화차/桃花茶/ thé à la fleur de pêcher) : Thé à base de fleurs de pêcher
                • Goehwa-cha (괴화차/槐花茶) : thé de fleurs de pagode
                • Gujeolcho-cha (구절초차/九節草茶) : fleurs de dendranthe coréen à lobes blancs
                • Gukhwa-cha (국화차/菊花茶 thé au chrysanthème) : Thé indien à la fleur de chrysanthème
                • Gyehwa-cha (계화차/桂花茶/ thé aux fleurs de cannelle) : Thé de fleurs de cannelle chinoise
                • Gyulhwa-cha (橘花茶/橘花茶/ thé aux agrumes) : thé aux agrumes
                • Maehwa-cha (매화차/梅花茶/ thé aux fleurs de prunier) : Thé chinois à la fleur de prunier
                • Mindeulle-cha (민들레차/ thé de pissenlit) : thé de pissenlit coréen
                • Mongnyeon-cha (목련차/木蓮茶) : thé à la fleur de kobus magnolia
                • Yeonkkot-cha (연꽃차/蓮花茶 / thé de fleur de lotus):thé de fleur de lotus
                • Daechu-cha (대추차/ thé de jujube) : thé à base de jujubes
                • Gugija-cha (구기자차/枸杞子茶) : thé aux baies de goji
                • Gyulpi-cha (귤피차/橘皮茶 thé aux écorces d'agrumes) : thé aux écorces d'agrumes
                • Hobak-cha (호박차/ thé au potiron) : thé fait à partir du fromage du potiron
                • Maesil-cha (매실차/梅實茶 thé aux prunes) : Thé aux prunes chinois
                • Mogwa-cha (모과차/ thé de coing) : Thé de coing chinois
                • Ogwa-cha (오과차/五果茶) : thé à base de noix, de ginkgo, de jujube, de châtaigne et de kaki séché
                • Omae-cha (오매차/烏梅茶/ thé de prunes fumées) : thé de prunes fumées
                • Omija-cha (오미자차/五味子茶/ thé aux baies de magnolia) : thé aux baies de magnolia
                • Sansuyu-cha (산수유차/山茱萸茶 thé de cerises à la cornaline) : thé de cerises à la cornaline
                • Seongnyu-cha (석류차/石榴茶 thé à la grenade) : thé à la grenade
                • Taengja-cha (탱자차) : thé à base d'oranges rustiques
                • Yuja-cha (유자차/柚子茶/ thé de yuja) : thé fabriqué à partir de yuja, une sorte d'agrume
                • Bori-cha (보리차/ thé d'orge) : thé à base de grains d'orge
                • Gyeolmyeongja-cha (결명자차/決明子茶) : thé à base de gousses de faucille
                • Hyeonmi-cha (현미차/玄米茶/ thé de riz brun) : riz fait à partir de riz brun
                • Memil-cha (메밀차/ thé au sarrasin) : thé au sarrasin
                • Misu-cha (미수차/ thé de riz) : thé à base de riz
                • Nokdu-cha (녹두차/綠豆茶) : thé à base de haricots mungo
                • Oksusu-cha (옥수수차) : thé aux grains de maïs
                • Danggwi-cha (당귀차/當歸茶) : Thé à la racine d'angélique coréen
                • Doraji-cha (도라지차) : thé fait à partir de racines de fleurs de ballons
                • Dunggulle-cha (둥굴레차) : thé fait à partir de la racine de phoque de Salomon
                • Chikcha (칡차/ thé à la racine de flèche) : Thé de racine de flèche d'Asie de l'Est
                • Gyepi-cha (계피차/桂皮茶/ thé à la cannelle) : Thé chinois à l'écorce de cannelle
                • Hongsam-cha (홍삼차/紅蔘茶 thé au gingmebre rouge) : thé à base de gingmebre rouge
                • Insam-cha (인삼차/人蔘茶 thé au gingembre) : thé fabriqué à partir de gingembre coréen
                • Macha (마차/麻茶) : thé de l'igname chinoise
                • Misam-cha (미삼차/尾蔘茶/ thé de cheveux à la racine de ginseng) : Thé de cheveux à la racine de ginseng coréen
                • Saenggang-cha (생강차/生薑茶 thé au gingembre) : Thé au gingembre
                • Ueong-cha (우엉차/ thé de bardane) : thé fait à partir de racines de bardane
                • Yeongeun-cha (연근차/蓮根茶/ thé à la racine de lotus) : thé à la racine de lotus
                • Beoseot-cha (버섯차 / thé aux champignons) : thé à base de champignons
                • Dasima-cha (다시마차/ thé de varech) : thé à base de varech
                • Donga-cha (동아차) : thé à base de chair ou de graines de melon d'hiver
                • Giguk-cha (기국차/杞菊茶) : thé à base de chrysanthème du nord, de baies de goji, de graines de sésame noir, de thé vert jakseol et de lait
                • Gyulgang-cha (귤강차/橘薑茶) : thé au gingembre et aux agrumes
                • Jeho-tang (제호탕/醍醐湯) : thé à base de prunes fumées, de cardamome médicinale, de bois de santal blanc, de cardamome noire et de miel
                • Podo-cha (포도차/葡萄茶) : Thé à base de raisin, de poire coréenne, de gingembre et de miel
                • Ssanghwa-tang (쌍화탕/雙和湯) : thé médicinal fait à partir de la racine de pivoine, de la racine de rehmannia, de la racine de laitue mongole, de la racine d'angélique coréenne, de la racine de livèche, de l'écorce de cannelle chinoise et de la réglisse chinoise.
                • Sunchae-cha (순채차/蓴菜茶) : thé fabriqué à partir de feuilles de bouclier d'eau, d'eau de magnolia, de miel et de pignons

                 

                THÉS JAPONAIS

                Certains des premiers témoignages sur le thé au Japon datent de l'époque de Nara (710-794). Le premier contact avec le thé a été vécu par des envoyés envoyés à Chang'an, la capitale de la Chine Tang. Le thé et la culture du thé étaient intimement liés à la culture chinoise et bouddhiste. Le thé a été diffusé de plusieurs manières, principalement par des envoyés, qu'il s'agisse de Japonais revenant de Chine ou d'envoyés voyageant de Chine et de Corée. Et des prêtres et des moines bouddhistes, partant du Japon pour étudier, ou des moines étrangers se rendant au Japon pour faire du prosélytisme et enseigner. Tous ces différents individus ont rapporté des aspects et des objets importants de la culture chinoise et bouddhiste, tels que la poésie et d'autres arts. Les célèbres moines Kukai et Saicho étaient deux moines particulièrement associés à l'apport du thé au Japon. Le thé n'était pas seulement patronné par les prêtres et les moines bouddhistes, mais même l'Empereur le patronnait et encourageait la croissance et la culture du théier. À l'époque médiévale et après avoir été consommé par de nombreux moines, poètes, samouraïs, seigneurs de guerre et empereurs célèbres, le thé a pris des proportions épiques, avec des personnages comme Sen no Rikyu et la création et la formulation de la cérémonie japonaise du thé ou Chanoyu/ Sado/Chado. L'importance et le rôle du thé dans la culture japonaise persistent jusqu'à l'ère moderne, où le Japon est toujours une puissance de production, de préparation et de consommation de thé.

                THÉ BLANC (白茶/ BAICHA)

                • Hakucha (はくちゃ/ 白茶):Le thé blanc est considérablement rare au Japon

                THÉS VERT (綠茶/LUK-CHA)

                • Sencha (煎茶) : Thé vert japonais à feuilles entières
                • Jô Sencha (上煎茶) : Sencha haut ou haut de gamme
                • Toku Jô Sencha (特上煎茶) : Sencha supérieur à prime élevée
                • Hachijuhachiya Sencha (八十八夜) : Le Sencha est récolté 88 jours après le début du printemps
                • Kabuse Sencha ou Kabusecha(かぶせ茶) : Sencha cultivé à l'ombre
                • Asamushi (浅蒸し) : Sencha qui a été légèrement cuit à la vapeur
                • Fukamushi ou fukamushicha (深蒸し) : Un sencha qui s'est embué
                • Shincha(新茶) ou Ichibancha (一番茶) : Sencha qui est le premier choix de l'année
                • Gyokuro (玉露/ jade dew):Thé vert cultivé à l'ombre
                • Tamaryokucha/ guricha (玉緑茶, thé enroulé/ぐり茶, thé frisé) : thé doux et moins astringent produit à Kyushu
                • Matcha(まっちゃ/まっちゃ) : Feuilles de thé vert moulues, utilisées dans la cérémonie japonaise du thé.
                • Tencha (碾茶) : Feuilles de thé vert qui ont poussé à l'ombre, non encore moulues en matcha
                • Hojicha (ほうじ茶/ feuilles de thé frites à la poêle) : Feuilles rôties, souvent servies après le dîner
                • Bancha(番茶) : Type de thé vert commun, surtout dans le monde occidental
                • Kukicha (茎茶/ thé en brindilles) : Thé qui incorpore les rameaux, les tiges et les tiges du théier.
                • Hakuyoucha (白葉茶, thé en feuilles blanches) : Thé vert à feuilles blanches
                • Kiraka (きら香) : Thé vert à feuilles blanches produit dans la préfecture de Shizuoka
                • Hoshinomidori (星野緑, Hoshino green) : Thé vert à feuilles blanches de la préfecture de Fukuoka
                • Koganemidori (黄金みどり, or vert) : Un type de thé vert à feuilles blanches de la préfecture de Shizuoka
                • Yamabuki (山吹) : Un thé vert à feuilles blanches nommé d'après le kerria jaune japonais. Produit dans la préfecture de Shizuoka
                • Yame white sencha:Variété de thé white sencha
                • Thé blanc Kanayamidroi (かなやみどり) : Type de thé sencha de haute qualité

                THÉ OOLONG (烏龍)

                • Oolong (烏龍茶):Rare type d'Oolong produit au Japon

                THÉ NOIR (红茶/ HONG CHA)

                • Kocha (紅茶):Thé noir japonais, également très rare

                 THÉ À BASE DE PLANTES/FLORAL/INFUSÉ/AUTRE

                • Genmaicha (玄米茶/ thé de riz brun) : Thé vert avec riz brun
                • Kombu cha (昆布茶) : Non, ce n'est pas une erreur. Au Japon, le kombucha est en réalité un thé fait à partir de varech, il est exceptionnellement salé, et ne ressemble en rien à la conception courante du "kombucha" comme boisson fermentée et effervescente. La confusion dans les noms provient d'une mauvaise application du nom du thé japonais par les anglophones.
                • Jasumine (さんぴん茶/ Sanpin-cha) : Le thé au jasmin, particulièrement populaire et produit dans la préfecture d'Okinawa
                • Mugicha (麦茶/ thé d'orge) : Thé fait à partir de grains d'orge
                • Sobacha (そば茶/ thé de sarrasin) : Thé à base de sarrasin torréfié
                • Gobocha (牛蒡茶/ thé de bardane) : Thé à base de bardane
                • Sakuracha (桜茶/ thé aux fleurs de cerisier) : Thé fait à partir de fleurs de cerisier mariné.

                 

                THÉS VIETNAMIEN

                Le Vietnam abrite certains des plus anciens plants de thé vivants au monde, notamment dans la province de Ha Giang. La consommation et la culture du thé vietnamien remontent à des milliers d'années et sont antérieures au contact avec la culture chinoise du thé. Au départ, les paysans, les fermiers et les communautés rurales appréciaient le "thé frais". Cette façon de déguster le thé impliquait que des individus cueillaient et ramassaient des feuilles de thé sauvage dans les forêts ou les régions montagneuses, ou dans leurs jardins personnels, pour les broyer ou les faire bouillir et les déguster en famille ou en communauté dans un pot commun. Avec l'augmentation de l'influence chinoise et une structure sociale plus stratifiée, les cérémonies du thé sinisé se sont développées et ont été réservées aux riches et aux puissants dans des villes comme Hanoi. Les cérémonies du thé de style sinisé et le "Tra Dao" ou "religion du thé" comprenaient des démonstrations coûteuses d'opulence, des méthodes d'infusion et de service mesurées et formalisées, et l'utilisation de la théière de style chinois. Lorsque le Vietnam est passé sous la domination coloniale française, la première plantation cultivant du thé pour l'exportation a été établie dans les années 1800 dans la province de Phu Tho, qui est encore aujourd'hui un grenier à thé. Après les bouleversements de la guerre du Vietnam et l'effondrement de l'Union soviétique, les exportations et la culture du thé au Vietnam ont connu de nombreux bouleversements et conflits. Aujourd'hui, la culture vietnamienne du thé ainsi que la production de thé pour l'exportation et le commerce ont été rajeunies et témoignent d'une ancienne terre de thé.

                THÉS VERT VIETNAMIEN 

                • Chè nụ (tea flower bud tea):Thé fabriqué à partir de la fleur de thé.
                • Trà xanh (thé vert):Thé vert vietnamien.

                THÉ NOIR VIETNAMIEN 

                • Hồng trà(thé noir) : Thé noir vietnamien

                 THÉ À BASE DE PLANTES/FLORAL/INFUSÉ/AUTRE

                • Trà sen (thé au lotus) : Le thé au lotus est une célèbre spécialité de thé du Vietnam. Fabriqué à partir d'un mélange de thé vert de haute qualité et de pétales de lotus
                • Trà lài (Thé au jasmin) : Populaire comme boisson dans la vie nocturne des cafés vietnamiens ou comme boisson d'accompagnement de repas spéciaux ou de café glacé vietnamien
                • Trà atiso (thé à l'artichaut) : Thé fait à partir de parties de la plante d'artichaut de la région de Lam-Dong
                • Trà đắng (thé Kuding) : Thé fabriqué à partir de parties d'une plante amère à des fins médicinales.
                • Chè vối (thé de feuilles et de bourgeons de Cleistocalyx operculatus) : Thé fabriqué à partir de la plante Cleistocalyx.
                • Trà cúc (thé de chrysanthème) : Thé fait à partir de chrysanthèmes.
                • Trà ngâu (thé de feuilles et de fleurs d'aglaia) : Thé fait à partir de l'arbuste aglaia.
                • Trà sói (thé à la fleur de Chloranthacées) : thé fabriqué à partir de la plante Chloranthacées.

                 

                THÉS THAÏ

                La consommation et la culture du thé en Thaïlande étaient traditionnellement attribuées à deux groupes principaux. D'une part, les différents groupes ethniques qui habitaient les collines et les hauts plateaux à la frontière entre le nord de la Thaïlande et la Chine, et d'autre part, les commerçants et les colons chinois venus de la terre et de la mer et qui se sont installés en Thaïlande. Pour les groupes ethniques du nord de la Thaïlande, comme les Hmong et les Labu, les feuilles de thé étaient cueillies sur des théiers sauvages dans la jungle. Les feuilles étaient ensuite transformées en un délice culinaire appelé letpetor miang. Pour ce faire, les feuilles sont cuites à la vapeur et emballées dans des cylindres en bambou. Le bambou est ensuite enterré, ce qui permet aux feuilles de fermenter pendant des mois. Les feuilles ainsi obtenues ne sont pas bues, mais servies comme plat culinaire avec des crevettes frites et d'autres ingrédients. Les marchands et les colons chinois ont apporté avec eux la culture du thé sinisé, en mettant l'accent sur le thé Oolong. Le thé noir était également apprécié et il existe même une variante native du théier d'Assam en Thaïlande. La production, la culture et l'exportation du thé se sont accentuées après l'afflux de colons chinois à la suite de la défaite des forces de Chaing Kai Shek pendant la guerre civile chinoise. De nombreux types de thé Oolong, noir et vert ont également été amenés en Thaïlande depuis Taïwan, où ils ont prospéré dans des plantations comme Doi Mae Salong. Aujourd'hui, la marque de thé de la Thaïlande est bien sûr le Thai Iced Tea, mais de nombreuses races hybrides développées à partir de Oolongs taïwanais et d'autres sources prospèrent également. La région nord de la Thaïlande abrite un vaste éventail de plantations de thé.

                THÉS THAï VERT 

                • Bai Yai : thé non oxydé fabriqué à partir de l'usine locale de Bai Yai
                • Doi Mae Salong Cing Xin Green Pearls : Thé vert produit dans la région de Doi Mae

                THÉS THAÏ OOLONG 

                • Bai Yai Oolong : un type de Oolong fabriqué à partir d'une variante native du théier d'Assam
                • Ruan Zhi  : un hybride de théiers locaux et d'Alishan Oolong de Taiwan
                • Jin Xuan : un thé aromatique et robuste du nord de la Thaïlande
                • Si Ji Chun :Un riche type d'Oolong développé à partir d'Alishan
                •  Dong Ding : descendantes des Oolong taïwanaises cultivées dans les montagnes Dong Ding
                • Cha Nang Ngam Cing Xin: Un Oolong de haute qualité connu pour son goût sublime et sa saveur particulière due à son interaction avec la cicadelle, un type d'insecte

                THÉS THAÏ NOIR 

                • Bai Miang (ใบเมี่ยง):Une sorte de version autochtone semi-sauvage des théiers d'Assam
                  Doi Mae Salong Jin Xuan Black Pearls : Le thé noir produit dans la région de Doi Mae Salong, a un arôme agréable

                THÉS THAÏ FERMENTÉ/PU'ERH 

                • Doi Wawee pu'erh:Pu'erh produit dans la région de Doi Wawee en Thaïlande
                • Thé Shan : thé produit dans la région de Shan et caractérisé par la torréfaction au charbon de bois des feuilles fermentées des feuilles d'Assam qui poussent en Thaïlande

                 THÉ THAÏ À BASE DE PLANTES/FLORAL/INFUSÉ/AUTRE

                • Thé thaïlandais (ชาเย็น/ cha yen/ thé froid) : Une des variations de thé les plus célèbres et les plus populaires en Asie du Sud-Est et dans le monde, ce thé est fait à partir de thé (souvent noir), de lait condensé, de sucre et souvent d'autres herbes, épices et arômes. Cette boisson peut être préparée à chaud ou à froid et il existe plusieurs variantes qui incluent le citron vert ou d'autres saveurs et ingrédients.
                • Thé au jasmin:Préparé à partir de thé vert local et préparé selon le style traditionnel chinois avec des fleurs de jasmin
                • Thé au riz (cha khao hoom) : produit à partir de feuilles de thé vert et de riz, qui donne un arôme et un goût de riz agréable
                • Thé à l'osmanthus : Thé préparé avec des fleurs d'osmanthus et du thé vert, et qui possède généralement un arôme agréable
                • Thé de jiaogulan (herbe de l'immortalité) : Le thé fait à partir de la plante grimpante, gynostemma pentaphyllum, contribue soi-disant à une bonne santé et, dans certaines légendes, à l'immortalité
                • Thé au carthame : Thé fait à partir de la pulpe moulue du carthame, a une saveur fruitée-sucrée
                • Thé aux feuilles de mûrier (cha raksa thai) : traditionnellement consommé à des fins médicinales, ce thé est fabriqué à partir de feuilles de mûrier et a un goût de noisette et d'herbe végétale

                 

                THÉS DU CAMBODGE

                On pense que la consommation de thé au Cambodge a commencé à l'époque angkorienne. À cette époque, des envoyés et des marchands de Chine se rendaient à la cour de l'empire khmer et, comme dans de nombreux pays d'Asie, apportaient le thé comme un aspect distinct et aimable de la culture chinoise. Le thé et la culture du thé ont peut-être aussi été répandus et ont prospéré le long des routes de commerce et de communication entre les anciennes patries du thé que l'on trouve en Chine, en Birmanie, en Inde et dans d'autres parties de la région. Il existe une variante cambodgienne du théier camélia assamica, appelé lasiocalyx, qui joue encore aujourd'hui un rôle dans la vie des Cambodgiens, soit comme loisir, soit comme cérémonie du thé lors des mariages traditionnels cambodgiens, où les mariés présentent des offrandes de thé aux esprits ancestraux. Le thé vert et le thé noir sont tous deux populaires et souvent utilisés pour faire du jasmin et d'autres thés aromatiques. 

                THÉ NOIR CAMBODGIEN

                • Thé noir cambodgien:Le thé noir est produit au Cambodge

                THÉ CAMBODGIEN À BASE DE PLANTES/FLORAL/INFUSÉ/AUTRE

                • Thé au lotus : Thé généralement fabriqué à partir de thé noir et de fleurs de lotus séchées.
                • Thé au jasmin:Souvent fait à partir des feuilles et des fleurs séchées de thé vert ou noir et de fleurs de jasmin. Ce thé est souvent versé dans un verre de café robusta fini pour aider à chasser le goût fort et amer du robusta.
                • Thé à la citronnelle : Thé fait à partir de citronnelle et d'autres herbes et épices diverses.

                 

                THÉS LAOTIENS

                Le Laos abrite certains des plus vieux arbres à thé du monde et fait partie du centre originel du thé qui remonte à la préhistoire. La pratique de la consommation du thé est antérieure au contact avec la culture chinoise du thé plus tardive, et comprend l'appréciation des feuilles pour leur valeur médicinale et alimentaire. Le Laos faisait également partie de l'ancienne route du thé à cheval et on lui attribue aujourd'hui encore le statut de grand producteur de pu-erh et de thé fermenté. Pendant l'ère Lan Xang du Laos, qui a régné de 1353 à 1707, le thé est devenu un article majeur pour le commerce. Lorsque le Laos est devenu une colonie française dans les années 1800, des théiers du Vietnam ont été importés dans le sud du Laos, et des recherches et des études ont été menées sur les théiers sauvages et anciens originaires du Laos. En particulier le thé de la province de Xieng Khouang et de la région de Phou San. Finalement, la culture du thé dans la partie sud du Laos a cessé en vertu d'un accord commercial entre la Grande-Bretagne et la France dans les années 1930, qui protégeait la production britannique de thé dans ses colonies asiatiques. L'occupation de la Seconde Guerre mondiale par les forces japonaises a contribué à raviver l'intérêt pour la production de thé au Laos, mais celle-ci a également cessé au début de la guerre du Vietnam. Aujourd'hui, le Laos a reconstruit son industrie du thé et a capitalisé sur ses anciens et exquis théiers et ses thés verts, noirs et fermentés.

                THÉ VERT DU LAOS

                • Thé vert laotien : Le thé vert est produit au Laos, soit à partir d'arbres sauvages, soit à partir de plantations domestiques  

                THÉ NOIR DU LAOS

                • Thé noir laotien : Le thé noir est produit au Laos à partir d'arbres à thé sauvages ou de plantations

                THÉ PU'ERH DU LAOS

                • Le thé fermenté laotien : le Laos, pays limitrophe du Yunnan, produit des thés fermentés de type pu-erh et pu-erh

                THÉS SINGAPOURIENS

                L'histoire du thé à Singapour a très probablement commencé avec les premières interactions entre les marchands, les envoyés, les explorateurs, les marins, les colons et les conquérants chinois et indiens. Les styles de thé chinois et indien ont tous deux leur place à Singapour, où ils ont acquis une identité propre. Lorsque Singapour a été fondée en tant que port britannique au XIXe siècle, le thé était un produit commercial important qui passait de la Chine à la Grande-Bretagne et au reste du monde en passant par Singapour. Pour cette raison, Singapour a joué un rôle important dans le développement de la culture et de la consommation du thé en dehors de l'Asie. L'exemple le plus célèbre de thé singapourien est le teh tarik, un thé développé par les immigrants musulmans indiens après la Seconde Guerre mondiale. Un autre exemple célèbre de la culture du thé à Singapour est la méthode diao yuor de "pêche au thé" qui consiste à tremper les sachets de thé. Cette méthode est ainsi nommée parce que l'on déplace le sachet de thé autour de la tasse, un peu comme un pêcheur déplace sa ligne de pêche dans l'eau.

                THÉS VERT SINGAPOURIEN

                • Thé vert de Singapour : Le thé vert est populaire à Singapour, souvent préparé à la chinoise

                THÉS Noir SINGAPOURIEN

                • Thé noir de Singapour : Le thé noir est populaire à Singapour, préparé soit à la chinoise, comme petit-déjeuner anglais, soit en Earl Grey, thé au lait ou thé mousseux.

                THÉ SINGAPOURIEN À BASE DE PLANTES/FLORAL/INFUSÉ/AUTRE

                • Kopi Cham/Yuenyeung (鴛鴦):Boisson composée à parts égales de café et de thé au lait.
                • Teh tarik (thé tiré) : Cette boisson a été apportée à Singapour par des immigrants musulmans indiens. Cette boisson est préparée en versant un mélange de thé, généralement du thé de Ceylan, entre deux récipients de mélange, ce qui permet de "tirer" le thé. Ce thé est similaire au chai indien et il existe de nombreuses variantes utilisant d'autres ingrédients, des épices et des herbes.
                • Bubble Tea:Le thé à bulles, composé de thé vert ou noir, de perles de tapioca et de divers autres ingrédients et garnitures, est populaire à Singapour en tant que boisson glacée.

                 

                THÉS MALAISIENS

                L'histoire du thé en Malaisie remonte à plus de 100 ans, à l'arrivée des immigrants chinois, dont beaucoup transportaient des boîtes de thé vert. Aujourd'hui, la culture chinoise du thé persiste encore, les thés comme le thé vert et le jasmin ayant toujours un public populaire. Les premières plantations de thé en Malaisie ont cependant débuté à la fin des années 20, lorsque l'entrepreneur britannique J.A. Russell a créé les plantations BOA, qui est encore aujourd'hui un important producteur de thé en Malaisie. En plus de ces deux influences précédentes, les immigrants musulmans ont introduit le "thé tiré" ou la boisson teh tarik. Ce style de thé est similaire au chai et est apprécié par de nombreuses personnes en Malaisie aujourd'hui. 

                THÉS VERTS DE MALAISIE 

                • Thé vert de Malaisie : populairement servi dans les cafés, les salons de thé et dans une théière à la chinoise

                THÉ OOLONG DE MALAISIE

                • Thé Oolong malaisien : également apprécié dans les maisons de thé et souvent servi à la chinoise

                THÉ NOIR DE MALAISIE 

                • Thé noir de Malaisie : Le thé noir est souvent servi sous forme de thé au lait

                INFUSION DE MALAISIE

                • Teh Tarik : "thé tiré", ainsi nommé pour la façon dont il est brassé, est fait avec du thé noir et du lait condensé
                • Teh Ais:Thé noir servi avec de la glace et du lait concentré
                • Teh O Ais:Variante de l'ais servi avec du sucre et sans lait condensé
                • Thé au jasmin : Thé, souvent vert, aromatisé aux fleurs de jasmin
                • Thé au chrysanthème:Thé, parfois vert, aromatisé aux fleurs de chrysanthème

                  THÉS DU MYANMAR

                  Le Myanmar, anciennement la Birmanie, fait partie des régions de naissance du thé. En fait, une pléthore de recherches récentes suggère que le Myanmar est LE lieu de naissance de la plante camélia sinensis. Alors que les mythes et les légendes du thé chinois considèrent la Chine, et plus particulièrement la région de la province du Yunnan, comme le lieu d'origine de la consommation et de la culture du thé, le Myanmar est plutôt considéré depuis quelques années comme son véritable lieu de naissance. Au Myanmar, le thé était consommé aussi bien comme aliment de base que comme boisson, la plupart du temps cueilli par des individus sur des arbres sauvages. Le fait d'être à la croisée des chemins entre l'Inde et la Chine a eu une influence sur le développement de la culture du thé au Myanmar, avec les formes Indic et Sinicized du thé et de la culture du thé. Comme de nombreux autres pays asiatiques possédant une importante culture du thé, le bouddhisme a joué un rôle en facilitant la croissance et le développement du thé, à la fois comme source de rituels et de loisirs, la nourriture de rue et la culture culinaire incorporant également le thé. L'un des plats nationaux du Myanmar est le lahpet, qui est un plat fait avec des feuilles de thé mariné. Le développement moderne des plantations de thé commerciales reflète cependant l'influence coloniale britannique, mais la consommation et la culture du thé au Myanmar sont antérieures à cette interaction culturelle. Une variante sauvage du camellia sinensis, le camellia irrawadiensis, est originaire du Myanmar.

                  THÉ VERT DU MYANMAR 

                  • Thé vert du Myanmar : produit principalement dans l'État montagneux de Shan, une des régions de naissance du thé
                  • Lahpet chauk, lahpet yei gyan:Thé vert

                  THÉ OOLONG DU MYANMAR

                  • Thé Oolong du Myanmar : le thé Oolong est produit au Myanmar

                  THÉ NOIR DE BIRMANIE

                  • Thé noir du Myanmar : Lieu de naissance du thé, en particulier de la variété Assam, le thé noir est produit au Myanmar et utilisé dans de nombreuses boissons à base de thé

                  THÉ FERMENTÉ/FONCÉ/PU'ERH DU MYANMAR

                  • Thé fermenté du Myanmar : la Birmanie était une région participant au réseau commercial Old Tea Horse Road, qui a vu la genèse du pu-erh, et produit du thé fermenté.

                  INFUSION DE BIRMANIE

                  • Acho gyauk:Thé noir, utilisé avec du lait et du sucre pour faire un thé sucré

                  THÉS INDONÉSIENS

                  Les premiers plants de thé en Indonésie ont été apportés dans les îles par un citoyen allemand nommé Andreas Cleyer. Cleyer avait apporté les graines du Japon et les avait plantées en Batavia comme plante ornementale. Dans les années 1700, les Hollandais ont établi de nombreuses plantations de thé pour concurrencer les exploitations de thé britanniques en Asie. A l'origine avec des plantes de Chine, jusqu'à ce que l'on découvre que les variétés d'Assam et d'Inde étaient mieux adaptées au climat chaud, humide et tropical des îles. La production de thé s'est poursuivie jusqu'à ce que les bouleversements de la Seconde Guerre mondiale interrompent temporairement la production de thé, principalement de thé noir, en Indonésie. Le prochain grand bouleversement viendra à l'époque moderne où la production d'huile de palme va bouleverser la culture du thé car de nombreuses plantations de thé ont été converties en plantations d'huile de palme à la place. Aujourd'hui, l'Indonésie est le 7ème plus grand pays producteur de thé au monde.

                  THÉ NOIR INDONÉSIEN

                  • Thé noir indonésien : Le thé noir est l'un des principaux types de thé produits en Indonésie

                  INFUSION INDONÉSIENNE

                  • Thé au lait : Le thé au lait et le thé au sucre à base de thé noir est une boisson populaire en Indonésie
                  • Thé noir au jasmin:Thé noir aromatisé au jasmin

                   

                  THÉS INDIENS ET D'ASIE DU SUD

                  En Inde et en Asie du Sud, le thé a toujours un air de mystère et d'ambiguïté en ce qui concerne le moment précis où il a été consommé comme boisson. La région d'Assam, en Inde, est bien sûr l'un des nombreux lieux de naissance du camélia sinensis. Il est donc possible que des théiers sauvages aient été utilisés par les habitants des régions riches en thé depuis l'Antiquité. Certaines théories prétendent qu'il était utilisé sous un nom différent, utilisé dans l'Ayurveda mais uniquement comme ingrédient médicinal par opposition à un ingrédient récréatif, et d'autres théories que la substance/boisson légendaire "soma" trouvée dans la littérature épique et religieuse hindoue pourrait en fait être du thé. Certaines affirmations incluent également que la consommation de thé est consignée dans le poème épique du Ramayana. Mais ces théories n'ont pas encore été pleinement prouvées. La consommation de thé a cependant été enregistrée de manière concrète à l'époque du Moyen-Âge et s'est poursuivie jusqu'à la période coloniale. La période coloniale en Inde a vu l'essor de plantations et d'exploitations commerciales à grande échelle, principalement pour la production de thé noir destiné à l'exportation vers le reste de l'Empire britannique. Au fil du temps, le thé est devenu un élément et une facette de la vie indienne. Parmi les thés les plus célèbres que l'on trouve en Inde et dans le reste de l'Asie du Sud figurent les variétés Assam, Ceylan et Darjeeling. L'un des thés de style indien les plus connus est le masala chai, lui-même une boisson faite de thé noir et de divers autres ingrédients, herbes et épices. Cette liste comprend des thés que l'on trouve dans d'autres pays d'Asie du Sud que l'Inde, mais sera incluse avec une mention spéciale de leur origine et de leur identité nationale distinctes.

                  THÉ BLANC INDIEN ET D'ASIE DU SUD

                  • Darjeeling blanc (দার্জিলিং চা):Le thé blanc Darjeeling aurait un arôme délicat
                  • Ceylan White:Cultivé au Sri Lanka et récolté à partir de la variété de thé de Ceylan.

                  THÉS VERTS D'INDE ET D'ASIE DU SUD

                  • Le Darjeeling vert (দার্জিলিং চা):La forme verte et non oxydée du Darjeeling
                  • Ceylon Vert : Cultivé au Sri Lanka, il a un corps plein et un caractère piquant

                  THÉ OOLONG INDIEN ET D'ASIE DU SUD 

                  • Oolong Darjeeling (দার্জিলিং চা):Un style plus récent de traitement du Darjeeling

                  THÉ NOIR INDIEN ET D'ASIE DU SUD

                  • Le Darjeeling noir (দার্জিলিং চা):Le style traditionnel de préparation du thé Darjeeling.
                  • Assam:Peut-être le plus célèbre de tous les thés noirs, également le premier thé noir. Ce thé porte le nom de la région d'Assam en Inde.
                  • Ceylan Noir:Le Sri Lanka est un pays spécialisé dans la production de ce fameux thé noir
                  • Nilgiri : Produit dans la région des Ghâts occidentaux en Inde, on dit qu'il est intensément aromatique et parfumé

                  THÉS INDIEN ET SUD-ASIATIQUE HERBEUX/FLORAL/INFUSÉ/AUTRE

                  • Masala Chai:Type de thé épicé très populaire, composé de thé noir et de toute combinaison d'épices et d'ingrédients, mais le plus souvent de lait, de gingembre, de cannelle et d'autres herbes et ingrédients ayurvédiques.
                  • Thé au beurre (བོད་ཇ་):Thé fait avec du beurre de yak ou du lait de vache, de l'eau et du sel. Il est surtout consommé dans les régions himalayennes de l'Inde et de l'Asie du Sud, ou dans les régions à forte population tibétaine.
                  • Noon Chai/sheer chai/ gulabi chai/ thé du Cachemire/ thé rose : thé originaire de la région de la vallée du Cachemire et préparé avec du thé en poudre, du lait et du bicarbonate de soude 

                  THÉS NÉPALAIS

                  Le Népal avait maintenu une politique isolationniste sous la dynastie Rana qui a régné de 1800 au début des années 1900. Alors que les premiers plants de thé étaient, dit-on, un cadeau de l'empereur de Chine à l'un des premiers ministres du clan Rana du Népal, la culture de plantations de thé à grande échelle a été influencée par l'introduction de plants hybrides de Darjeeling en provenance de l'Inde britannique. Aujourd'hui, le Népal produit son propre thé et dispose d'un organisme de contrôle, l'Association des producteurs de thé orthodoxes de l'Himalaya. Parmi les règles appliquées par l'association figurent des techniques de production et de récolte qui favorisent le respect de la nature, des hommes, des systèmes de production et de qualité. Le thé népalais est souvent divisé en deux types principaux, le thé orthodoxe et le CTC ou Crush, tear curl. Le CTC a été développé pour récolter et traiter en masse les feuilles de thé d'Assam, et représente une part importante du produit du thé népalais.

                   

                   

                  THÉS DE RUSSIE

                  Le premier contact de la Russie avec le thé et la culture du thé a commencé dans les années 1500, lorsque les chefs cosaques Petrov et Yalyshev se sont rendus en Chine. Le thé a été réintroduit une autre fois en 1638 lorsque le tsar, Michel Ier, a reçu un grand cadeau de thé d'un souverain mongol. Au départ, ces cadeaux de thé étaient considérés comme sans valeur, rien de plus que quelques feuilles séchées, mais sur l'insistance du Khan, ils ont été acceptés. Dans les années qui ont suivi, des caravanes de thé ont fait le voyage de la Chine vers divers comptoirs commerciaux en Asie centrale et finalement vers la Russie européenne. Lorsque la Russie a annexé la Sibérie, les caravanes de thé ont opéré sur ce qui a été appelé la route de Sibérie ou la route de Moscou. Au fil du temps, les caravanes de chameaux transportant des briques de thé noir ont été remplacées par le chemin de fer transsibérien. Grâce au chemin de fer moderne, il était possible de transporter plus de thé beaucoup plus rapidement. La culture du thé en Russie est très riche et se retrouve dans de nombreux aspects de la société. Parmi les caractéristiques du thé russe, on peut citer le grand récipient en acier pour l'eau bouillante, le samovar(самовар), ainsi que le podstakannik(подстака́нник), un support en acier orné pour les verres de thé chaud. Le thé russe est souvent servi avec des rafraîchissements et agrémenté de sucre, de citron ou même de confiture. Il existe un type de mélange de thé appelé "Caravane russe", ainsi nommé d'après la célèbre route de Sibérie.
                  .

                  THÉ NOIR RUSSE 

                  • Le thé noir russe : Les thés noirs d'Odessa, de Sotchi ou de Ceylan sont très appréciés en Russie.
                  • Caravane russe:Légèrement difficile à classer car il s'agit d'un mélange de thé noir Oolong, keemun et lapsang souchong. Ce thé a souvent une saveur fumée, sucrée et maltée. La légende veut que la saveur fumée provienne du fait que le thé a été exposé à des feux de camp le long de la route du commerce du thé.
                  • Chifir (чифи́рь):Il s'agit d'un thé noir exceptionnellement fort, brassé et conservé au point de provoquer certains effets psychotropes. Ce type de thé est brassé dans les prisons et les goulags russes où l'alcool est interdit.

                  THÉS MONGOLIENS

                  La culture mongole du thé remonte au contact avec la culture chinoise Han il y a environ 2000 ans. En raison du climat rigoureux de la Mongolie, le thé était non seulement une boisson stimulante, mais aussi un complément alimentaire. Le commerce entre Chinois et Mongols a souvent vu l'échange de robustes chevaux mongols avec du thé chinois. Même à l'époque moderne, le thé avec du beurre et du sel est un élément de base du régime alimentaire mongol. Les théiers sauvages poussent également en Mongolie, où ils servent à la fois de base aux boissons et de complément alimentaire. Le thé a également une fonction rituelle et spirituelle, puisque chaque matin, le thé est renversé autour de la yourte, ou tente, en hommage au dieu de la nature et du ciel. Pendant des siècles, la Mongolie a été une importante voie de commerce pour le thé et d'autres marchandises à travers l'Asie. 

                  INFUSIONS MONGOLES

                  • Suutei tsai (сүүтэй цай):Thé au lait mongol, fait avec des feuilles de thé vert ou noir, de l'eau, du lait, du beurre ou de la graisse et du sel. un important aliment de base.
                  • Thé au riz jaune : thé, riz jaune et beurre fondu et frits ensemble
                  • Thé avec boulettes : une variante du thé à base de farine et de beurre avec ajout de boulettes
                  • Khiitstei tea:thé avec farine et beurre
                  • Thé au riz blanc : thé avec du riz et parfois de la farine pour épaissir la boisson
                  • Thé aux viandes séchées : thé à base de beurre, de farine et de viandes séchées moulues et parfois de riz blanc ou jaune
                  • Thé à la moelle osseuse : os, parfois même la tête entière d'un mouton avec du thé au lait bouilli. considéré comme un médicament contre le stress

                   

                  THÉS D'ASIE CENTRALE

                  Le thé d'Asie centrale Le thé d'Asie centrale a été introduit à l'époque de la route de la soie par voie terrestre, où les marchandises en provenance d'Afrique, d'Europe et d'Asie étaient transportées sur de longues distances. Ici, l'Asie centrale fonctionnait comme une énorme plaque tournante du commerce, et le thé y était consommé et apprécié. À l'origine, le thé provenant de la plante Camellia sinensis restait cher pour la population en général, c'est pourquoi le thé fait à partir d'herbes et d'ingrédients alternatifs a été infusé pendant longtemps à la place. Finalement, le thé est devenu accessible à tous et le type préféré est le thé noir et parfois le thé vert. En Asie centrale, le choykhona est la maison de thé qui sert également de centre social. Le thé d'Asie centrale est souvent servi aux invités et dégusté dans une tasse en forme de bol appelée piala..

                  THÉS VERTS D'ASIE CENTRALE

                  • Thé vert d'Asie centrale : l'un des types de thé les plus appréciés dans certaines régions d'Asie centrale

                  THÉ NOIR D'ASIE CENTRALE

                  • Thé noir d'Asie centrale : Le thé noir est apprécié dans de nombreux pays et régions d'Asie centrale, souvent avec du lait.

                  THÉS IRANIENS

                  La culture du thé en Iran a commencé vers la fin du XVe siècle. Avant cette époque, le café avait fait preuve d'une grande hégémonie sur le marché persan des boissons caféinées. Mais, grâce à son lien avec la route de la soie, le thé de l'Inde et de la Chine a atteint la Perse où il a développé son propre style et sa culture unique. Le thé, qui rivalise avec le café en tant que boisson principale, est apparu en raison de problèmes logistiques liés à l'expédition du café à l'époque. La Chine et l'Inde étant proches de l'Iran et le thé pouvant être transporté sous forme de briques avec une durée de conservation plus longue que de nombreux types de grains de café, il est devenu beaucoup plus facile d'importer du thé. Mais la culture était difficile. Les premières tentatives de culture de thé persan indigène ont échoué dans les années 1800, jusqu'à ce que le prince Mohammed Milza fasse venir 3000 plants de théier d'Inde, dont il était l'ambassadeur, et qu'il trouve, après des expériences approfondies et des tâtonnements, les régions parfaites pour le thé iranien. Gilan et Mazandaran sont deux régions au sud de la mer Caspienne, et en raison de leur géographie et de leur climat uniques, affectés par la mer qu'elles bordent, ces régions sont parfaites pour la culture du thé. Le thé le plus produit et le plus consommé en Iran est le thé noir, et le thé noir iranien a une teinte distincte allant du rosé au rubis en passant par le marron, selon la quantité que le buveur a choisi pour diluer la force du thé. La saveur est dite douce et ne nécessite pas de lait ou de sucre comme les autres types de thé noir. La culture iranienne du thé est vivace et le thé est souvent servi dans des tasses en verre décorées et des samovars magnifiquement décorés sont utilisés pour chauffer l'eau du thé. La tradition des samovars se retrouve également en Russie, en Asie centrale et dans certaines autres régions d'Asie occidentale et d'Europe orientale. En Iran, les maisons de thé sont appelées chaikhanehs et servent de lieux de rencontre communautaires. Le thé iranien, en particulier lorsqu'il est servi dans un chaikhaneh, est accompagné de sucreries comme des fruits secs et d'autres friandises. Le thé fait partie de la culture de l'hospitalité en Iran et les invités se voient presque toujours servir du thé lorsqu'ils entrent dans une maison.

                  THÉ NOIR IRANIEN

                  • Thé noir : l'Iran est un producteur de thé noir, qu'il produit dans ses régions de Gilan et de Mazandaran

                  IRANIEN À BASE DE PLANTES/FLORAL/INFUSÉ/AUTRE

                  • Thé noir aux pétales de rose et à la cardamome : Une façon populaire de déguster le thé iranien. Certaines variations comprennent uniquement le thé aux pétales de rose séchés ou écrasés et excluent la cardamome.

                  LES THÉS AU MOYEN-ORIENT ET DANS LE MONDE ARABE ISLAMIQUE

                  Pour être clair, cette section a pour but d'englober les régions situées entre l'Iran, la Turquie et l'Afrique subsaharienne. Les pays représentés dans ce profil incluront les pays arabes et non arabes d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient. Les cultures incluses comprendront également les cultures musulmanes et les nombreuses cultures non musulmanes de ces régions. Pour commencer, nous allons parler du thé dans ces régions. Auparavant, comme en Iran et en Turquie, le café était la boisson de prédilection. Mais avec les diverses institutions gouvernementales et religieuses limitant l'accès du café et de l'alcool à la population générale, et l'ouverture du commerce avec l'Inde et la Chine dans les années 1600 via l'Iran et d'autres régions, le thé a commencé à prendre la place du café et des alcools. Au XVIIIe siècle, grâce à des contacts plus étroits avec l'Empire britannique, le thé est devenu une denrée plus abordable et plus facile à consommer. Aujourd'hui, le thé est connu en arabe sous le nom de شاي, ou shaail ou say. Le thé fait partie de la culture de l'hospitalité dans de nombreux pays arabes et est servi aux invités. Les théières et les articles pour le thé peuvent être très complexes et élégants, avec des motifs grandioses et exquis.

                  THÉ NOIR DU MOYEN-ORIENT

                  • Thé noir (شاي أحمر,/say ahmar):Le thé noir est l'un des thés les plus couramment produits et consommés au Moyen-Orient et dans le monde arabe.

                  THÉS MOYEN-ORIENT FLORAL/INFUSÉ/AUTRE

                  • Sauge (مريمية,/ maramia):Servie en digestif, elle peut être infusée avec ou sans thé noir.
                  • Camomille (بابونج,/ babunaj) : Thé avec des fleurs de camomille séchées.
                  • Anis (يانسون,/ yansun) : Thé fait avec la plante d'anis
                  • Thym (زعتر,/za'tar) : Thé à base de thym, dont on dit qu'il améliore la mémoire et ralentit le vieillissement.
                  • Cardamome (هال,/haal) : Se déguste à l'apéritif, avant les repas, à base de cardamome.
                  • Thé à la menthe du Maghreb (الشاي,/as-say,التاي/at-tay) : Célèbre dans la région du Maghreb, fait avec du thé vert et de la menthe, souvent dégusté en guise d'apéritif après les repas.
                  • Thé à la menthe (شاي بالنعناع,/ say bi-l-na'na) : Thé à la menthe souvent utilisé comme tonique contre les rhumes.
                  • Hibiscus (كركديه,/Karkadayya) : Se déguste chaud avec le froid et froid avec le chaud, à base de fleurs d'hibiscus.
                  • Thé à la cannelle/thé koweïtien (شاي بالقرفة,/ say bi-l-qirfah) : Thé obtenu en faisant bouillir ensemble des bâtons de cannelle et du sucre.
                  • Thé au citron vert séché (شاي لومي,/ disons lumiyy) : Un thé traditionnel que l'on trouve dans de nombreux États arabes du Golfe.
                  • Thé au lait : Thé noir avec du lait et d'autres ingrédients comme le sucre.
                  • Thé pour le petit déjeuner : Souvent fait avec du sucre et d'autres ingrédients comme la menthe ou la cardamome, servi dans de longs verres.
                  • Thé libyen : Servi en trois plats et contient souvent des cacahuètes ou des amandes ainsi que de la menthe ou du basilic. A une tête mousseuse.

                  THÉS TURCS

                  Alors que la Turquie était un acteur majeur sur la route de la soie, où le thé était transporté et commercialisé à travers l'Europe, l'Asie et l'Afrique, la consommation et la culture du thé n'ont commencé à se développer qu'au XIXe siècle. Des maisons de thé ont commencé à fonctionner à Istanbul, et le thé a également été popularisé en étant présenté comme un tonique pour la santé. Après la Première Guerre mondiale et l'effondrement de l'Empire ottoman, le café est devenu une denrée plus difficile à obtenir. Entre-temps, le thé a pu être produit sur place, surtout dans la région de Rize, en Turquie, qui borde la mer Noire. Le fondateur de l'État moderne de Turquie, Mustafa Kemal Ataturk, a encouragé la consommation de thé, car le thé était non seulement durable sur le plan national, mais aussi beaucoup plus abordable pour la population que le café turc de l'époque. Une marque célèbre de thé turc est le Caykur, qui est également produit dans la région de Rize. La culture turque du thé est très vivante et la consommation de thé fait partie intégrante de la vie quotidienne et de la culture de l'hospitalité en Turquie. Le thé turc est servi de la même manière que le café turc, dans des bouilloires à deux étages appelées çaydanlık, dans des verres en forme de tulipe et dans des théières aux formes complexes et délicieuses. Le thé noir est généralement le thé de prédilection et le sucre de betterave est utilisé pour sucrer le thé. Alors que le lait au thé noir est courant dans d'autres parties du globe, en Turquie, cette pratique est peu courante. 

                  THÉ NOIR TURC

                  • Thé de Rize (Rize çay):Thé noir produit dans la région de Rize en Turquie. Ce thé est la pièce maîtresse de la culture du thé en Turquie et est sucré avec du sucre de betterave ou des morceaux de sucre. La couleur est généralement un acajou profond selon la force de l'infusion choisie, soit "demli" ou forte, soit "açık" ou faible. Il est servi dans des verres en forme de tulipe avec des bords décoratifs dans les cafés, cela fait partie de sa présentation. 

                  TURC À BASE DE PLANTES/FLORAL/INFUSÉ/AUTRE

                  • Thé à la pomme (elma çayı) : Tisane à base de pomme.
                  • Thé au cynorhodon (kuşburnu çayı) : Thé à base d'églantier séché.
                  • Thé de tilleul (ıhlamur çayı) : Thé à base de fleurs de tilleul séchées.
                  • Tisane de sauge (ada çayı) : Tisane à base de sauge séchée

                     

                    THÉS D'AFRIQUE

                    Le thé en Afrique désigne tous les pays du continent africain qui ont une culture du thé et du thé dans leur cuisine. La culture du thé en Afrique est très ancienne, certaines sources citant le polymat égyptien Imhotep comme étant un adepte de diverses tisanes et infusions. En plus de l'infusion du thé égyptien, l'art d'infuser des feuilles, des racines, des fruits et d'autres ingrédients comme des toniques et des élixirs de santé se retrouve dans de nombreuses cultures traditionnelles à travers le continent. Le thé fabriqué à partir du camélia sinensisin d'Afrique est également très ancien, certains témoignages attestant que le camélia sinensis était infusé pour le thé au premier siècle dans des pays comme la Somalie. Mais c'est au cours du 13ème siècle, avec l'augmentation du commerce sur la route maritime de la soie à travers l'océan Indien, que la consommation de camellia sinensis a fortement augmenté en Afrique. Pendant la dynastie Ming et à la suite des voyages d'explorateurs chinois comme Zhang He et sa célèbre flotte au trésor, ainsi que d'explorateurs et d'érudits africains comme Ibn Battuta et Sa'id de Mogadiscio. Le réseau commercial entre l'Afrique de l'Est et l'Asie s'est poursuivi jusqu'à l'isolationnisme chinois dans les années 1400. À partir de cette époque, les commerçants européens qui revenaient d'Asie en Europe ont commencé à s'arrêter en Afrique. Cela a permis au commerce du thé de se poursuivre. Pendant l'ère du colonialisme, le thé et la culture du thé provenant de la Grande-Bretagne et d'autres nations coloniales ont été imposés aux colonies africaines, ainsi qu'aux plantations de thé, notamment au Kenya, qui est aujourd'hui le troisième producteur de thé. Avec la chute du colonialisme et l'indépendance des nations africaines, le thé est devenu à la fois une source de revenus d'exportation et un élément de nombreuses cultures africaines aujourd'hui. La culture du thé est diversifiée dans toute l'Afrique, le thé à la menthe étant consommé en Afrique du Nord, l'Afrique de l'Est offrant un large éventail de thés différents, le Kenya produisant du thé vert, blanc, noir et jaune et l'Afrique du Sud étant réputée pour son thé non camélia sinensis, le rooibos. Certaines régions utilisent des bouilloires à thé exquises et des types de tasses spécifiques, tandis que d'autres régions et cultures organisent des cérémonies du thé spéciales. Le thé fait souvent partie de la culture de l'hospitalité et, comme dans de nombreuses autres régions du monde, le thé noir est l'un des types de thé les plus appréciés. Les immigrants indiens ont apporté leurs propres styles de thé noir, en particulier le masala chai que l'on trouve dans de nombreux pays africains.
                    .

                    TISANE AFRICAINE/FLORALE/INFUSÉE/AUTRE

                    • Hibiscus sabdariffa : thé angolais à base de fleurs d'hibiscus.
                    • Thé au gingembre sauvage : Une infusion vendue à Johannesburg, en Afrique du Sud.
                    • Lidjiestee : Thé fabriqué à partir d'une variété de gui que l'on trouve en Afrique australe.
                    • Thé griffe du diable : Thé fabriqué à partir du grappin ou de la griffe du diable, que l'on trouve en Afrique australe.
                    • Thé de l'arbre Honger : Thé fait à partir des feuilles de l'arbre de Honger, que l'on trouve en Afrique australe.
                    • Thé de feuilles d'olivier sauvage : Thé fabriqué à partir de feuilles d'olivier sauvage par les guérisseurs Xhosa en Afrique du Sud et en Afrique australe.
                    • Masala chai : Introduit par les travailleurs et les immigrants indiens. Fait à partir de thé noir et d'autres herbes et épices diverses.
                    • Thé à la menthe : Généralement du thé vert aromatisé à la menthe et au sucre, apprécié au Maroc, en Égypte, en Tunisie, au Sénégal, en Mauritanie et en Gambie.
                    • Thé au lait : Thé noir au lait et au sucre, apprécié à Maurice et au Kenya.
                    • Rooibos : Thé fabriqué à partir des feuilles du rooibos, plante que l'on trouve en Afrique du Sud.
                    • Shaah : Thé noir avec du sucre, de la cannelle, du gingembre, de la noix de muscade, du clou de girofle et de la cardamome, originaire de Somali

                       

                      THÉS EUROPÉENS

                      Le premier pays européen à avoir été en contact avec le thé au camélia sinensis a été le Portugal. En 1516, des commerçants et des négociants portugais sont arrivés en Chine, où ils ont fait état de la consommation de thé noir. De là, et grâce au monopole commercial qu'il détenait sur la Chine et le Japon, le Portugal a pu posséder des droits exclusifs sur le thé jusqu'au XVIIe siècle, lorsque la Grande-Bretagne et les Pays-Bas ont pris le dessus sur leur hégémonie commerciale en Asie. Le thé s'est répandu comme une marchandise dans toute l'Europe vers le milieu des années 1600, mais c'est la famille royale d'Angleterre qui a adopté la tendance et a fait de la consommation de thé un événement quotidien. C'est l'adoption du thé et de la culture du thé par la monarchie anglaise qui a fait du thé une part si importante de la société britannique. L'Irlande et la Grande-Bretagne sont les deux plus grands consommateurs de thé en Europe, mais d'autres pays européens apprécient le thé, principalement la variété noire, le thé vert et le thé aux herbes étant également de plus en plus populaires. Le Portugal a non seulement été le premier pays à introduire le thé en Europe occidentale, mais il produit également du thé sur les îles des Açores. Les pays et régions d'Europe centrale, comme la Frise orientale allemande, sont connus pour leur culture du thé, tout comme la République tchèque et la Slovaquie. La France a elle aussi une culture du thé, qui figure dans les œuvres de l'écrivain Marcel Proust.

                      THÉ NOIR EUROPÉEN 

                      • Thé noir : L'un des types de feuilles les plus populaires, les buveurs de thé européens ajoutent souvent de la crème, du lait, du sucre ou du citron à leur thé.
                      • English breakfast tea:Mélange de thés noirs tels que l'Assam, le Kenya, le Ceylan et le Keemun. Les marques les plus connues sont Twinings, Dilmah, Taylors of Harrogate, Ahmad Tea, Tetley et PG Tips. Souvent bu avec de la crème, du lait et du sucre.
                      • Irish Breakfast Tea : Mélange de thés noirs, principalement du thé Assam. Les marques comprennent Barry's, Bewley's, Lyons, Robert Roberts en République d'Irlande et en Irlande du Nord, Nambarrie's et Punjana. Il est consommé tout au long de la journée et est souvent dégusté avec du lait.

                        THÉ EUROPÉEN À BASE DE PLANTES/FLORAL/INFUSÉ/AUTRE

                        • Mélange de Frise orientale : Thé noir servi avec du sucre candi blanc et de la crème épaisse.
                        • Builder's tea:Thé noir fort servi avec du lait et deux cuillères de sucre au Royaume-Uni
                        • Earl Grey : Thé noir aromatisé à l'huile de l'agrume, la bergamote.
                        • Grog chaud / whisky chaud : Boisson alcoolisée généralement composée de whisky, d'eau chaude, de miel, de thé et d'autres épices et sucres. Originaire d'Irlande. 

                        THÉS AUSTRALIENS

                        Le thé occupe une place importante dans la culture australienne. Les Aborigènes d'Australie ont infusé une tisane à partir du "ti tree". Bien qu'il ne s'agisse pas de Camellia sinensis, le nom était le même que celui utilisé par les Britanniques lorsqu'ils ont débarqué en Australie à la fin des années 1700. La culture australienne du thé est fortement influencée par la culture britannique du thé, comme le thé de l'après-midi et d'autres pratiques d'origine britannique. L'Australie cultive également du thé, principalement des variétés vertes et noires.

                        THÉ NOIR AUSTRALIEN

                        • Thé noir : Type de thé populaire, souvent apprécié à l'anglaise, avec du lait et du sucre.

                        THÉS AUSTRALIENS À BASE DE PLANTES/FLORALS/INFUSÉS/AUTRES

                        • Thé de l'arbre Ti : tisane infusée à partir des fleurs et des feuilles de l'arbre Ti, appréciée des Aborigènes australiens depuis des siècles.
                        • Thé d'eucalyptus : Thé préparé uniquement à partir des feuilles de l'eucalyptus ou d'une infusion de thé vert ou noir.

                           

                          LES THÉS EN AMÉRIQUE

                          Les cultures indigènes d'Amérique du Nord et du Sud ont produit de nombreux types de tisanes pendant des siècles avant les contacts avec les Européens et peut-être aussi les Asiatiques. Les thés infusés par les autochtones étaient souvent utilisés à des fins de guérison, de santé, de rafraîchissement ou de rituel et beaucoup de ces thés sont encore infusés aujourd'hui. De nombreux pays et régions des deux continents sont influencés par les groupes indigènes qui y vivaient à l'origine, les groupes européens qui y ont colonisé, les groupes d'immigrants qui ont ensuite migré vers ledit pays ou ladite région et l'aboutissement de tous ces facteurs pour faire de la culture du thé une culture distincte et unique en son genre.

                          Une partie importante de l'histoire et de la culture du thé en Amérique du Nord serait certainement la Boston Tea Party. Avant cet événement, le thé a été introduit dans les colonies américaines par les Hollandais dans leur colonie de New York. Dès lors, toutes les classes de la colonie ont bu du thé, et dans certains endroits, les feuilles ont été consommées comme un légume avec du beurre. La Boston Tea Party a eu lieu lorsque les colons américains, en colère contre les taxes qu'ils jugeaient injustes qui leur étaient imposées par leurs dirigeants britanniques, ont détruit une cargaison de thé très chère dans le port de Boston, ce qui a coûté à leurs seigneurs britanniques une grande somme d'argent en dommages et intérêts. À partir de ce moment, le thé est considéré comme antipatriotique et on consomme plutôt du café ou du thé non Camellia sinensis. Le thé aux États-Unis est finalement revenu à la mode dans les années 70 lorsque la République populaire de Chine a repris ses échanges commerciaux avec l'Amérique. Aujourd'hui, le thé glacé et sucré est apprécié dans le sud des États-Unis où il fait partie de la culture de l'hospitalité. Les thés de spécialité, les tisanes, les thés santé et les thés authentiques d'Asie sont tous à la mode et les États-Unis ont également une longue liste de thés alcoolisés. Le Canada a également une culture du thé influencée par la Grande-Bretagne, les immigrants des régions où la culture du thé est présente et l'intérêt moderne pour les thés à des fins de santé et de tendances. Le Canada possède également une culture du thé très vivante, qui a été initiée par les peuples indigènes du Canada. Beaucoup de ces thés étaient utilisés dans les huttes de sudation et autres pratiques religieuses et spirituelles. Il convient de noter en particulier le thé aux aiguilles de pin, infusé par les autochtones du Canada comme source de vitamine C. Parmi les sociétés de thé originaires d'Amérique du Nord, citons Argo Tea, Bigelow Tea Company, Celestial Seasonings, Snapple, AriZona et Tazo, toutes fondées aux États-Unis, et Salada Tea, fondée à Montréal. Les sachets de thé ont également été inventés aux États-Unis.

                          L'Amérique du Sud et l'Amérique centrale ont également des cultures du thé, en particulier la culture du thé centrée sur la consommation de Yerba Mate. Le Yerba Mate a d'abord été infusé par les peuples Guarani et Tupi du Brésil et du Paraguay. Le Yerba Mate est fabriqué à partir de la plante Ilex paraguariensis, une sorte de houx. Lorsque les Européens sont arrivés en Amérique du Sud, ils ont non seulement adopté la boisson, mais ils ont aussi créé des plantations de yerba mate sur tout le continent. En Argentine et dans d'autres régions d'Amérique du Sud, il est courant de trouver des gens qui dégustent le yerba mate tout au long de la journée, le plus souvent avec la traditionnelle tasse à calebasse et la paille argentée bombilla. Différents types de thés ont également été introduits au Brésil par les Portugais. Finalement, des plantations pour cultiver le thé ont également été introduites, mais elles sont tombées en désuétude pendant un certain temps. Dans les années 20, les immigrants japonais ont relancé la culture du thé sur les hauts plateaux brésiliens.

                          INFUSIONS AMÉRICAINE

                          • Thé sucré : Populaire dans les États du sud de l'Amérique, le thé noir sucré au sucre, sirop simple, édulcorant artificiel et souvent aromatisé au citron, à la pêche, à la framboise et à la menthe.
                          • John Daly : Cocktail de thé alcoolisé portant le nom du golfeur américain John Daly. Il se compose de thé sucré et de vodka.
                          • Yerba Mate : Thé fabriqué à partir de la plante yerba mate et souvent bu à partir d'une gourde avec une paille en argent ou en acier inoxydable appelée bombilla. Il est apprécié dans toute l'Amérique du Sud, en particulier en Argentine, au Paraguay et au Brésil.
                          • Thé à la citronnelle (capim-santo, capim-limão, capim cidreira) : Populaire au Brésil en tant que tisane et thé santé, il comprend une variante glacée faite avec des pelures d'ananas.
                          • Thé à la mélisse (erva-cidreira ou citronela) : Thé brésilien fait à partir de la plante de mélisse.
                          • Thé à la menthe (hortelã) : thé brésilien à la menthe.
                          • Ayahuasca : thé hallucinogène infusé par des indigènes à des fins religieuses et spirituelles. Ce thé a suscité une controverse en raison de ses effets hallucinogènes et est interdit dans de nombreux pays en dehors du Brésil. Il est fabriqué à partir de la vigne Ayahuasca et de l'arbuste chacruna.
                          • Thé Poleo : thé mexicain fabriqué à partir d'un membre de la famille de la menthe.
                          • Thé Good Herb (Hierba buena) : Thé mexicain à la menthe.
                          • Thé de Damiana : Thé consommé au Mexique et au Brésil, provenant de la plante de damiana.
                          • Agua de Jamaica:Thé fabriqué à partir des fleurs et des feuilles de la plante d'hibiscus jamaïcaine. Il est apprécié au Mexique et dans d'autres régions et est servi froid
                          • Agua fresca : Classe de boissons préparées au Mexique, souvent à base de divers types de fruits, feuilles, fleurs, céréales, épices, noix et herbes.
                          • Thé au cacao : Thé dominicain composé de cacao, d'eau, de lait condensé, de cannelle, de feuilles de buisson de Noël ou de laurier, de noix de muscade et de sucre.
                          • Thé à l'hibiscus : Thé populaire dans les Caraïbes et fabriqué à partir de la plante d'hibiscus indigène.
                          • "Thé du buisson" : Thés produits par les populations indigènes des îles des Caraïbes comme la République dominicaine. Ces thés sont faits à partir de plantes et d'herbes indigènes.
                          • Thé aux aiguilles de pin : Thé infusé par les groupes indigènes du Canada et fait à partir d'aiguilles de pin.

                             

                            LES PRÉPARATIONS DE THÉ, LES CÉRÉMONIES DU THÉ

                            “Par une froide nuit d'hiver

                            un ami est passé.

                            Nous n'avons pas bu de vin

                            mais au lieu de cela, il a bu du thé.

                            La bouilloire a fait des bulles,

                            les charbons brillaient,

                            la lune brillait

                            devant ma fenêtre.

                            La lune elle-même

                            n'avait rien de spécial...

                            mais, oh, le prunier

                            des fleurs !"

                            Tu Hisaio Shan,

                            "LuYu visite un puits d'eau de thé
                            ”.

                            La section précédente présentait l'universalité du thé, en cataloguant et en détaillant autant que possible avec les ressources dont nous disposons actuellement sur la diversité du thé dans le monde. La prochaine partie du tableau général du thé sera maintenant consacrée aux méthodes de préparation utilisées. La section précédente a également abordé certaines méthodes d'infusion et de préparation du thé, cette section va les détailler un peu plus. Les types de théières et certaines techniques d'infusion seront également présents dans cette section du guide.

                             

                            MÉTHODES D'INFUSIONS

                            À l'origine, l'infusion à chaud était l'une des seules options pour déguster le thé, c'est-à-dire à moins que les feuilles ne soient préparées comme un plat culinaire comme c'est le cas dans diverses cuisines du monde entier. Et si de nombreuses cultures ont maintenu la tradition de l'infusion du thé avec de l'eau chaude, différents modes ont été utilisés. De l'acier à l'argent en passant par les pots en argile. La profondeur de l'infusion du thé a également varié dans le monde. Le thé peut être infusé uniquement pour sa teneur en caféine ; il peut être infusé comme un complément à la socialisation. Et dans le cas de la cérémonie japonaise du thé, elle peut être un mode de réflexion et d'épanouissement spirituel. La simplicité de l'infusion peut se résumer à verser de l'eau chaude sur un sachet de thé et à le laisser infuser pendant quelques minutes, au lavage minutieux et à la nouvelle infusion que l'on retrouve dans la préparation traditionnelle du pu'erh. Aujourd'hui, il existe encore plus de nuances que celles-ci, l'infusion à chaud n'étant plus le mode exclusif de préparation du thé. L'infusion à froid, l'infusion glacée, le thé du soleil et même le kombucha, qui est préparé en combinant l'ébullition et le froid, sont tous des modes de préparation du thé.

                            INFUSIONS CHAUDES 

                            C'est sans doute la plus ancienne, et depuis longtemps la seule, méthode de préparation du thé. Même dans la légende du thé mettant en vedette le Divin Fermier, Shennong, on le voit apprécier de l'eau bouillie lorsque les feuilles de thé ondulent soudainement dans sa tasse. Les méthodes d'infusion du thé chaud sont multiples, l'une des plus anciennes consistant à faire bouillir les feuilles dans un chaudron en acier, puis à verser l'eau chaude dans des tasses où les feuilles attendent déjà. D'autres méthodes anciennes de consommation du thé comprennent la mastication des feuilles à vif, comme le montrent certains mythes bouddhistes sur les origines alternatives du thé. On dit généralement que Bodhidharma a "mâché" les feuilles du nouveau théier vert après lui avoir arraché les paupières. La cuisson des feuilles est une autre méthode de préparation. Certaines méthodes de cuisson comprennent la cuisson à la vapeur, l'ébullition ou la friture des feuilles. 

                            LES INFUSIONS FROIDES

                            Alors que l'infusion à froid est devenue une méthode d'infusion populaire et sensationnelle pour le café et le thé ces dernières années, leurs origines sont supposées être assez archaïques en comparaison. On suppose que la méthode d'infusion à froid du thé est née au Japon au 16e ou 17e siècle, mais il est possible que la tradition ait commencé plus tôt. Cette méthode consiste à faire tremper des sachets ou des feuilles de thé dans le froid ou à température ambiante pendant quelques heures. Cette méthode lente permet au thé de libérer doucement et lentement sa saveur et donne un goût différent de celui du thé infusé à chaud, que beaucoup de buveurs trouvent moins astringent et moins dur.

                            INFUSIONS GLACÉES

                            Contrairement au thé glacé, cette méthode est une variante de l'infusion à froid, mais elle consiste à placer les feuilles ou les sachets de thé dans un bocal ou un autre récipient avec des glaçons, que l'on laisse fondre lentement et faire infuser le thé au fil du temps.

                            L'INFUSION SOLAIRE

                            Potentiellement inventée dès le XIXe siècle, cette méthode d'infusion du thé est entrée en vogue dans les années 70 aux États-Unis. La méthode d'infusion est également similaire à l'infusion à froid. Le thé est placé dans un pichet d'eau et laissé au soleil ; cette boisson était idéalement préparée en été ou pendant d'autres saisons plus chaudes ou ensoleillées. Au fil du temps, le thé était infusé dans l'eau du pichet. Récemment, cette méthode d'infusion du thé a été déconseillée car divers types de bactéries peuvent se développer dans le thé, car il n'existe pas de méthode de cuisson à chaud ou à ébullition pour tuer les bactéries nocives. Comme alternative, l'infusion à froid est suggérée.

                            KOMBUCHA

                            Une mention spéciale est accordée au kombucha en raison de son style de préparation unique par rapport à d'autres techniques d'infusion de thé plus typiques. L'histoire du Kombucha présente des aspects mystérieux. On dit généralement qu'il a été infusé pour la première fois il y a 200 à 2000 ans dans le nord-est de la Chine, aujourd'hui c'est une boisson populaire pour ses prétendus bienfaits pour la santé et sa promotion, ainsi que pour son goût unique et ses effets sur l'esprit et le corps. Le Kombucha a également une technique de brassage très différente de celle des autres thés. Tout d'abord, l'eau est bouillie et mélangée à du sucre, puis les feuilles de thé, vertes ou noires, sont trempées dans l'eau chaude sucrée, puis jetées après quelques minutes. Ensuite, le liquide obtenu est refroidi et passe ensuite par une série d'étapes menant à la fermentation, généralement en le mélangeant à du kombucha préalablement préparé et à diverses cultures de bactéries fermentées. Comme le kombucha se déguste généralement frais ou froid, le produit final est conservé dans un endroit frais avant d'être consommé.

                             

                            THÉIÈRES ET ACCESSOIRES

                            Dans le monde de la culture du thé, la théière a toujours occupé une place particulière en ce qui concerne le charisme. Elle remplit à la fois le rôle fonctionnel incroyablement important de canalisation de l'infusion du thé et une fonction esthétique et de personnalité qui lui confère une place particulière dans ce guide. Les services à thé sont exquis, et c'est sur la théière qu'un service est centré, les tasses suivant le chef du service, la théière. Bien que la théière soit l'objet principal de cette section, d'autres articles et accessoires pour le thé recevront également une mention spéciale. Les tasses à thé, les mugs et même les objets pour le thé n'ont pas été oubliés !

                            Les origines de la théière, tout comme le thé lui-même, remontent à la Chine. À l'époque des Tang, l'eau était bouillie dans un chaudron, puis versée sur des feuilles en attente dans des tasses ou des bols. Après la dynastie Tang, vint la dynastie Song, où les feuilles de thé moulues étaient servies dans des bols et mélangées à l'aide d'un pinceau, l'ancêtre du style gaiwan de consommation du thé ainsi que du thé matcha, et le développement de la cérémonie japonaise du thé. Le premier exemple de véritable théière telle que nous la reconnaissons aujourd'hui a son origine en Chine sous le règne de la dynastie mongole des Yuan. La théorie dominante est que les théières étaient basées sur le design utilisé pour les cruches à vin en céramique. Le bronze, l'argent et d'autres métaux précieux étaient également utilisés pour fabriquer des théières exquises. À l'époque de la dynastie Ming, les théières étaient devenues monnaie courante et des théières célèbres comme le yixing ont vu le jour. La conception originale de ces premières théières chinoises était plus petite que la théière standard d'aujourd'hui, car les théières étaient utilisées par des individus, plutôt que collectivement. Les théières plus petites servaient également à conserver des portions, des saveurs et des arômes plus concentrés et contrôlés par le brasseur. Le thé était également censé être bu directement par le bec de la théière.

                            Lorsque le thé et la culture du thé ont finalement fait leur chemin en Europe au 17e siècle, ils étaient accompagnés de théières en porcelaine, dont beaucoup étaient peintes en "bleu et blanc" sous glaçure, style qui est devenu presque synonyme de la dynastie Ming elle-même. La porcelaine chinoise était très convoitée par les classes supérieures européennes. Non seulement la consommation de thé était un signe de richesse et de statut en raison du coût d'achat du thé, mais la porcelaine était impossible à produire en Europe à cette époque. Non seulement ces pots chinois étaient exotiques et rares, mais ils remplissaient aussi la fonction pratique de préparer la boisson de luxe. Au fil du temps, les designers européens ont réussi à fabriquer des objets en porcelaine, en prenant les pots chinois comme modèle et en imitant leur style. Mais en plus de la porcelaine, des théières en argent ont également été fabriquées, notamment dans la ville coloniale américaine de Boston.

                             

                            LA TERRE CUITE

                            Les théières en terre cuite ont été utilisées pour la première fois en Chine au début et au milieu de la Renaissance, ou Yuan en Ming au 15ème siècle. Les théières en terre cuite, en particulier les théières non vernies comme le yixing, ont la propriété particulière de pouvoir absorber la saveur et l'arôme des thés forts comme le pu'erh. En effet, l'argile elle-même est poreuse et peut retenir une grande partie des résidus nécessaires pour donner du caractère à la théière lors de l'infusion. Les origines du yixing en particulier remontent à la dynastie Song, où il a été développé près de la ville de Yixing dans la province du Jiangsu. D'autres types et styles de pots en argile se sont répandus en Asie et dans le reste du monde.

                            • Yixing: l'une des plus célèbres théières de Chine et, selon de nombreuses sources, la première théière de tous les temps. Aussi connue sous le nom de ZiSha, ou "sable violet", du nom du type d'argile utilisé pour créer ces pièces. La légende veut qu'un moine du temple de Jinsha ou "Sable d'or" ait fabriqué la première Yixing sous le règne de l'empereur Zhengde. Les Yixing sont disponibles dans de nombreuses couleurs, styles et tailles de diverses gammes. Le type d'argile et les matériaux utilisés pour la fabrication de ces pots varient également. Elles ne sont pas émaillées et sont idéalement utilisées pour un seul type de thé comme le pu'erh, le thé noir ou le Oolong.
                            • Raku: Le style Raku de la vaisselle à thé a été développé par le maître de thé japonais Sen no Rikyu et le carreleur Chojiro. Les pots et les objets en argile sont fabriqués dans le style wabi-sabi, un mouvement esthétique et une philosophie poursuivis par Rikyu. Cette esthétique particulière met l'accent sur des designs qui ne sont pas uniformes et qui ont un aspect robuste et altéré par les intempéries. Finalement, le fils de Chojiro a pris le nom de famille Raku et la vaisselle Raku a été fabriquée spécialement par la famille. Raku ware est un terme général, les théières n'étant qu'un aspect particulier de la céramique raku. Il existe de nombreux styles de glaçage et de design différents.
                            •  Betty Marron: Ce style de théière était à l'origine fabriqué en argile rouge et émaillé. Ce type de théière est apparu en Grande-Bretagne à la fin des années 1600. Le design original a été modifié depuis sa création jusqu'à l'époque victorienne, lorsque la perception du public a considéré que le thé infusé dans des théières de style Brown Betty était excellent en raison de l'espace supplémentaire que les feuilles devaient déployer et libérer plus d'arôme et de saveur.
                               

                            LA PORCELAINE

                            Le développement de la céramique en Chine a commencé bien avant que la première théière ne soit fabriquée en porcelaine, sous la dynastie Han. Le commerce avec la Chine et le monde islamique est également antérieur de quelques centaines d'années à l'arrivée en Europe de la luxuriante céramique connue sous le nom de porcelaine. Au départ, les théières en céramique étaient plus simples dans leur conception et leur décor. Mais avec la porcelaine, un design plus raffiné a commencé à se développer.

                            La Corée est également devenue un centre important pour la poterie et la céramique. Tout d'abord, avec la poterie en terre cuite, puis avec la céramique en porcelaine. Deux époques dynastiques de l'histoire de la Corée sont même connues pour le style et la couleur de leurs céramiques et de leurs objets pour le thé. Pendant l'ère Goryeo en Corée, le céladon, une couleur turquoise douce, a été privilégié. De nombreux objets exquis en céladon ont été fabriqués, notamment des aiguières à thé et à vin en forme de dragons et d'autres créatures mythologiques. La dynastie suivante de Corée, Joseon, était également connue pour ses superbes poteries, cette fois-ci en privilégiant le blanc. Les céramiques blanches de Joseon, en particulier les objets pour le thé, reflètent la philosophie politique de la dynastie coréenne, le néo-confucianisme, qui favorise la couleur blanche en raison de son association avec la pureté. À la fin des années 1500, la guerre d'Imjin a éclaté en Asie du Nord-Est. La guerre a eu lieu dans la péninsule coréenne. La guerre a commencé par une invasion japonaise menée par Toyotomi Hideyoshi. L'invasion comprenait un assaut sur la Corée de Joseon avec une tentative de marche sur la Chine de Ming. Cette série d'engagements militaires est parfois appelée "les guerres de la poterie" en raison du grand nombre d'objets de poterie coréenne de qualité qui ont été ramenés au Japon ainsi que du nombre de prisonniers de guerre coréens qui ont également été repris comme potiers. Les potiers coréens asservis étaient souvent chargés de créer des objets pour le thé et nombre de ces techniques ont été transmises aux artisans japonais qui ont développé une industrie de la porcelaine japonaise sur l'île. De nombreux types d'articles célèbres ont été développés au Japon, notamment les articles Imari, Nabeshima et Kakiemon, qui étaient parrainés par de puissants seigneurs et des familles nobles.

                            L'élite européenne, qui était également buveuse de thé, convoitait les fines pièces de porcelaine "bleue et blanche" expédiées de la Chine Ming. Et comme le thé lui-même à l'époque, la Chine avait le monopole sur ces objets, car les potiers européens ne pouvaient pas reproduire la porcelaine telle qu'elle était fabriquée en Asie, d'où notre mot moderne actuel, "porcelaine", qui désigne les objets en porcelaine fine. En 1710, Ehrenfried Walther von Tschirnhaus a mis au point une méthode de fabrication de la porcelaine pour la première fois en Europe. C'était à Dresde, en Allemagne, dans l'usine de Meissen, ouvrant ainsi le monde à la poterie de Meissen. Parmi les autres lieux importants pour le développement de la porcelaine en Europe, on peut citer Saint-Cloud, Chantilly et Vincennes en France. Doccia, Capodimonte, Vezzi, Cozzi et Le Nove en Italie. et en Angleterre, Chelsea, Bow, Sta. James, Bristol, Longton Hall, Royal Crown Derby, Royal Worcester, Lowestoft, Wedgwood et Spode. Aujourd'hui, en plus de nombreuses pièces de porcelaine fine, on trouve de nombreuses autres théières et tasses en céramique de qualité.

                            • Kyusu: Le kyusu est un type de théière japonaise, généralement utilisé pour l'infusion du thé vert en particulier. Les origines du kyusu ont commencé en Chine, très probablement à l'époque des Tang, et ont été introduites au Japon par des envoyés revenant de missions sur le continent. Kyusu en japonais signifie simplement "théière" et donc kyusu est plutôt un terme générique. Il existe d'autres variantes du kyusu, comme le yokode kyusu, qui se distingue par sa poignée latérale. Le ushirode kyusu, qui a une poignée standard à l'arrière, et le uwade kyusu, qui a une poignée supérieure. Il existe de nombreuses tailles, couleurs et styles différents pour les kyusu, mais une couleur commune est une teinte brun-rougeâtre similaire à la couleur de nombreux pots de yixing non vernis
                            • Chawan: Les chawan sont des bols à thé utilisés dans toute l'Asie de l'Est, en particulier dans les cérémonies du thé. Les exemples les plus connus en Occident sont généralement les bols à thé de style japonais. Ce type d'objet a été développé en Chine et importé au Japon entre le 13e et le 16e siècle. Ces objets peuvent avoir des formes très variées, allant des styles destinés à imiter les anciens modèles chinois, au style irrégulier, patiné et asymétrique selon la philosophie wabi-sabi.
                            • Yunomi: Tasse à thé japonaise pour un usage quotidien et informel. Alors que le chawan est destiné aux situations plus formelles comme la cérémonie du thé, le yunomi est destiné à toutes les occasions et est même utilisé comme tasse de thé dans les restaurants. Les tasses sont généralement hautes et cylindriques, et peuvent suivre une myriade de motifs ou de dessins. 
                            • Gaiwan or Zhong: Cet article de thé chinois est une tasse à thé à couvercle sans anse. L'ensemble complet pour un gaiwan comprend le bol à thé, le couvercle et une soucoupe. Les motifs et les matériaux peuvent également être variés. Le gaiwan a été développé pendant la dynastie Ming ; le but du gaiwan est de pouvoir infuser les feuilles de thé directement dans la tasse, le couvercle aidant à conserver la chaleur et l'arôme de la boisson. Les gaiwans sont idéaux pour le thé blanc, vert et Oolong ainsi que pour le thé au jasmin.
                            • Cube teapot: Une invention britannique des années 1900. Cette théière est de forme cubique pour pouvoir être emportée à bord des navires et ne pas rouler ou basculer lorsque le navire bascule.

                             

                            L'ACIER

                            De nombreux métaux précieux ont été utilisés pour fabriquer des théières de qualité et d'autres articles pour le thé. L'acier inoxydable est un matériau courant, mais l'argent, le bronze et l'or ont tous été utilisés, les théières en argent étant un objet populaire fabriqué à Boston à l'époque coloniale. Dans la culture marocaine du thé, la théière en acier inoxydable en particulier revêt une importance particulière et en Russie, en Asie centrale, en Turquie et dans certaines parties de l'Europe de l'Est, le samovar en acier est également un article clé dans l'infusion du thé.

                            • Samovar : Le samovar ou "auto-brasseur" utilisé en Russie et dans d'autres pays pour chauffer l'eau du thé. Le motif ressemble généralement à une urne, mais il existe d'autres motifs, réalisés dans d'autres matériaux et à différents niveaux de décor.
                            • Podstakannik : Porte-verre à thé russe en métal. Le Podstakannik ou "chose sous le verre" se caractérise par différents niveaux de complexité dans la conception et la fabrication de cet article. Différents métaux de différentes qualités peuvent également être utilisés.
                            • Tetsubin : Au Japon, ce sont des bouilloires en fonte qui sont utilisées pour faire bouillir l'eau pour le thé et d'autres usages. On pense qu'elles se sont développées autour du 17e siècle, ces bouilloires ont été utilisées pour l'infusion du sencha ainsi que pour le matcha et la préparation du thé pour la cérémonie japonaise du thé.
                            • Tetsu kyusu : Le tetsu kyusu est une théière qui est fabriquée dans le style d'une tetsubin. Elles sont recouvertes d'un glaçage qui se craquerait si elles étaient bouillies sur une source de chaleur ouverte, et sont donc utilisées comme des théières standard.

                            VERRE

                            Depuis une centaine d'années, les théières en verre sont également en vogue. Les théières en verre et les articles pour le thé sont appréciés comme récipients pour l'infusion de thé en feuilles et de thés floraux. Le corps en verre des théières permet aux buveurs de voir comment les feuilles et les fleurs se déploient, se tordent et semblent se tortiller dans l'eau chaude lorsqu'elles sont infusées. Le verre est également utilisé pour les tasses de thé en Afrique du Nord, en Turquie, en Russie et lorsque les thés servis sont des thés infusés à froid ou des thés glacés comme dans le sud des États-Unis.

                            ACCESSOIRE À THÉ

                            D'autres articles, ustensiles et accessoires accompagnent également le thé. De divers outils de manipulation à des objets pour le thé et bien plus encore. Beaucoup d'entre eux ont une fonction pratique, mais comme la théière et les tasses à thé, ils ont pris une vie propre, remplissant également des rôles esthétiques et sentimentaux en plus de leur fonction pratique.

                            • Des bouilloires pour chauffer l'eau. Certaines sont devenues des symboles culturels, comme le samovar.
                            • Les porte-casseroles, les objets en textile ou en silicone servent à tenir des casseroles chaudes comme la théière ou la bouilloire
                            • Les bols de pente ont pour fonction de servir de récipient pour vider le thé refroidi ou la lie de thé.
                            • Les bougies à thé sont de petites bougies qui s'allument sous les théières pour les garder au chaud
                            • Les services à thé peuvent parfois contenir des récipients pour le lait, le sucre et d'autres ingrédients
                            • Les soucoupes accompagnent les tasses, que l'on trouve aussi souvent parmi les pièces assorties dans les services à thé
                            • Tea cozy, inventé en Grande-Bretagne : un article en tissu ou en lin utilisé pour garder une théière chaude et l'aider à conserver la chaleur.
                            • Les cuillères à thé sont utilisées pour verser des quantités mesurées de thé en feuilles ou pour ajouter des ingrédients supplémentaires comme du sucre.
                            • Les bols à thé peuvent être utilisés pour faciliter l'infusion, le service ou être dégustés à la place d'une tasse ou d'un gobelet.
                            • Les plateaux à thé sont utilisés pour servir le thé sur, ou, dans le cas des plateaux à thé des ensembles Gongfu, pour verser un peu de thé, en particulier pour laver le pu;'erh ou le thé noir lors de la première infusion.
                            • Les pinces à thé sont surtout utilisées dans la culture du thé d'Asie de l'Est pour servir le thé en feuilles ou manipuler des objets chauds ou des morceaux de sucre, comme dans d'autres cultures de thé.
                            • Les pelles à thé sont utilisées pour mesurer les portions de thé en feuilles ou de matcha.
                            • Les filtres à thé sont utilisés pour apprécier le thé en feuilles ou les infusions et permettent une élimination pratique et propre des ingrédients.
                            • Les bâtonnets de thé et les infuseurs peuvent être des boules en acier inoxydable ou de longs bâtonnets utilisés pour infuser le thé en feuilles ou les infusions de manière pratique.
                            • On trouve des animaux de compagnie dans la culture du thé en Chine et en Asie de l'Est. L'animal de compagnie est un accessoire que l'on retrouve souvent dans le style de préparation de la cérémonie du thé du Gongfu. Le thé est versé sur un animal de compagnie pour lui porter chance et il peut souvent avoir la forme d'un crapaud à trois pattes, du Bouddha Maitreya, de dragons et d'autres animaux mythiques. Un type d'animal de compagnie appelé "garçon de thé" est rempli d'eau froide et on lui verse de l'eau chaude par-dessus. Cela oblige l'eau froide à jaillir de l'animal de manière amusante et sert également à faire savoir au maître de thé si l'eau est assez chaude pour être infusée. En plus de porter chance et de servir une qualité esthétique agréable, les animaux de compagnie peuvent aussi changer de couleur avec le temps et être utilisés suffisamment longtemps, et servir de moyen de vider le thé dans le bassin sous le plateau à thé Gongfu de manière plus sûre.
                            • La gourde Yerba mate est utilisée pour déguster le yerba mate tel qu'inventé par les peuples Guarani et Tupi d'Amérique du Sud. La gourde de choix est généralement une calebasse évidée, mais d'autres types de tasses et de mugs peuvent être utilisés. Le Yerba mate nécessite également une paille en acier inoxydable, en métal ou en argent appelée bombilla

                            CÉRÉMONIES DU THÉS

                            La Voie du Thé est une forme d'art et parfois même un rituel et une pratique quotidienne appréciés et observés dans le monde entier. Les premières cérémonies du thé ont été mises au point en Chine et beaucoup ont été développées en tandem avec le bouddhisme chinois. La tradition de la synergie entre le bouddhisme, le thé et la culture du thé dans des rituels formalisés s'est répandue dans toute l'Asie de l'Est, comme au Japon, en Corée, au Vietnam et dans d'autres régions. La cérémonie japonaise du thé est l'un des exemples les plus connus de la pratique de la Voie du thé. Mais les exemples de ce qui peut constituer une cérémonie du thé existent également en dehors de la sphère culturelle de l'Asie de l'Est. Parmi les autres exemples, on peut citer la pratique anglaise du "thé de l'après-midi" et la pratique occidentale des fêtes du thé officielles, comme à l'époque victorienne. De manière similaire aux pratiques du thé en Asie de l'Est, la culture britannique du thé en particulier a établi et fixé l'étiquette, les règles, les rituels et n'était à l'origine pratiquée que par l'aristocratie comme la famille royale elle-même, avant de se répandre aux autres membres de la société. De nombreux traités et écrits ont été consacrés aux cérémonies du thé tout au long de l'histoire, notamment les détails proposés dans The Classic of Tea, par le Sage du thé de la dynastie Tang lui-même, Lu Yu. Aujourd'hui, les cérémonies du thé sont pratiquées et appréciées dans le monde entier, même en dehors de leurs pays d'origine respectifs.

                             

                            CÉRÉMONIE DU THÉ GONGFU ( 工夫茶 OU 功夫茶, PINYIN : 老人茶 )

                            Cette cérémonie chinoise du thé serait originaire du sud de la Chine, dans des provinces telles que le Fujian et le Guangdong. Bien qu'il y ait un débat sur la province d'origine de cette pratique, c'est la région de Chaoshan dans la province de Guangdong qui est souvent la plus revendiquée. Cette cérémonie du thé est même parfois appelée "Chaoshan Gongfu Cha" et la région est considérée comme la capitale du Gongfu. Le nom "GongFu" est généralement traduit par "faire du thé avec habileté". Les origines de cette pratique remontent très probablement aux rituels de la cour ou aux méthodes de préparation du thé telles qu'elles sont pratiquées dans les monastères et par les fonctionnaires érudits. La cérémonie du thé Gongfu est aujourd'hui pratiquée et appréciée dans le monde entier, en particulier dans les maisons de thé spécialisées dans le thé et la culture du thé chinois. En dehors de la Chine continentale et de Hong Kong, Taïwan offre de nombreux exemples de la cérémonie du thé Gongfu dans de nombreuses maisons de thé de l'île. En ce qui concerne le thé utilisé dans une cérémonie Gongfu, le pu'erh ou le thé noir d'une théière Yixing, le Oolong ou le thé vert des tasses Gaiwan sont les deux principaux types de thé Gongfu, mais d'autres théières et d'autres variétés de thé peuvent certainement être utilisées. 

                            Les outils:

                            • Yixing pot, gaiwan ou autres types de théières
                            • Les tasses sont généralement assorties à la théière utilisée, par exemple, une théière Zhisha aura des tasses Zhisha assorties. Il y a généralement trois tasses mais on peut en utiliser plus et elles sont appelées tasses à épingler
                            • Tasse à parfum utilisée pour admirer l'arôme parfumé du thé
                            • Pichet à thé pour servir le thé de manière uniforme
                            • Plateau de brassage, composé d'une cuvette profonde et d'un couvercle plat râpé. Le plateau d'infusion permet de faire face aux déversements, accidentels ou volontaires, lors du lavage des feuilles de thé lors de la première infusion.
                            • Toile à thé pour le nettoyage.
                            • Cuillère ou pic à thé pour nettoyer le bec du thé, préparer des portions de pu'erh à partir du gâteau de thé pu'erh et autres actions nécessaires.
                            • Crépine, qui peut également être installée dans le pichet à thé ou éventuellement dans la théière elle-même.
                            • Porte-théière ou boîte à thé.
                            • Bouilloire, bien que certains sets de Gongfu soient équipés d'une méthode intégrée pour fournir de l'eau chaude.
                            • Pelle à thé pour le portionnement ou même la pesée du thé en feuilles.
                            • Pince à thé, utilisée pour manipuler les feuilles de thé ou pour d'autres tâches.
                            • Animal de compagnie pour le thé, cet objet est généralement fabriqué avec la même argile que les pots de yixing et peut avoir une fonction à la fois esthétique et pratique.

                               

                              CÉRÉMONIE DU THÉ CORÉENNE (다례, 茶禮, "RITE DU THÉ", "ÉTIQUETTE DU THÉ" ÉGALEMENT 다도, "MANIÈRE DE THÉ")

                              Le thé et la culture du thé ont été introduits en Corée via la Chine et, comme d'autres pays d'Asie qui ont été introduits dans le thé via la sphère d'influence culturelle de la Chine, ils étaient profondément liés au bouddhisme, comme c'est encore le cas aujourd'hui. Avec le temps et le développement, la cérémonie du thé et la dégustation du thé ont été adaptées à différents groupes sociaux et dans différents contextes de la société. Il existe des rites du thé confucéens et des rites du thé bouddhistes. Les rites confucéens du thé peuvent être pratiqués lors de fêtes spéciales ou en vénération des anciens ancêtres. Les rites bouddhistes du thé peuvent être pratiqués pour des raisons similaires, avec en plus la vénération du Bouddha. Les rites et cérémonies du thé peuvent être effectués dans des maisons de thé de style traditionnel, dans des temples bouddhistes, des cimetières et des cimetières pour les rites des ancêtres confucéens, lors d'événements spéciaux pendant les vacances ou à des fins touristiques ou de présentation également. Il existe même des institutions modernes qui délivrent aux étudiants compétents des certificats de maître de thé qui leur permettent d'effectuer des cérémonies de thé. Généralement, pour les cérémonies du thé qui ne sont pas pratiquées par les monastères ou le clergé bouddhistes, on porte des vêtements folkloriques traditionnels coréens comme le hanbok. Le type de thé utilisé dépend de la saison, de même que les couleurs et les styles des objets utilisés. En général, le thé vert est le thé de prédilection, mais on peut également servir du thé noir et des tisanes de style coréen. Le thé est presque toujours du thé en feuilles plutôt qu'en poudre comme dans les cérémonies japonaises du thé. 

                              Les outils:

                              • Bouilloire
                              • La théière, le style et les couleurs dépendent de facteurs et de variables comme la saison et le contexte du rituel. Pour les rituels confucéens, on utilise un style de théière et de tasses plus lisse et plus uniforme, généralement coloré en blanc, la couleur confucéenne de la pureté. Les rituels bouddhistes peuvent utiliser le céladon de style Goryeo ou d'autres couleurs et peuvent utiliser des ensembles qui présentent une apparence plus asymétrique, plus altérée et plus naturaliste. Les cérémonies de thé séculaires ou autres peuvent utiliser tout style ou couleur approprié à la saison et au thé. Les pots ont aussi souvent une poignée latérale similaire aux pots yokode kyusu.
                              • Bol à thé permettant de verser le thé pour le refroidir et de le servir dans les tasses.
                              • Les tasses sont assorties à la théière et au bol, elles sont également sans poignée, peu profondes et à larges lèvres.

                                 

                                CÉRÉMONIE DU THÉ VIETNAMIENNE

                                La cérémonie vietnamienne du thé est également influencée par la culture chinoise du thé, le bouddhisme et le confucianisme, mais certainement avec des marques culturelles vietnamiennes distinctes. La cérémonie du thé est célébrée lors des mariages. Elle a pour but non seulement de célébrer les heureux mariés, mais aussi de vénérer les ancêtres vivants et décédés. Les couples prononcent leurs vœux de mariage et échangent leurs alliances, puis ils servent du thé vert ou du thé au chrysanthème aux familles présentes, à commencer par les membres les plus âgés. Les cadeaux seront reçus par le couple et la cérémonie se terminera par l'allumage de bougies de dragon et de phénix, représentant l'union du marié (dragon) et du phénix (mariée). 

                                Les outils:

                                • La théière, les tasses et le plateau à thé seront souvent tous de la même couleur, du même dessin et du même style. La porcelaine est souvent le matériau de prédilection. 

                                CÉRÉMONIE JAPONAISE DU THÉ (茶の湯 "CHANOYU, 茶道 "CHADO, SADO")

                                La cérémonie japonaise du thé a été développée pour la première fois au Japon vers le 12ème siècle dans les monastères bouddhistes zen. Le thé était déjà présent au Japon depuis des siècles, mais l'utilisation de feuilles de thé en vrac, puis de poudre de thé matcha, est devenue plus courante au XIIe siècle. La cérémonie a d'abord été pratiquée comme un rituel religieux par le clergé monastique avant d'être exécutée et incorporée dans les modes de vie et les pratiques de la classe guerrière dominante. Alors que les samouraïs passaient du statut de simples soldats à celui de chefs de la nation, beaucoup d'entre eux ont adopté le bouddhisme zen comme foi personnelle, ce qui a permis à la cérémonie du thé non seulement d'obtenir le patronage de puissants et influents chefs de guerre, mais aussi de s'adapter, de changer et d'évoluer au sein de la société japonaise. À l'origine, les cérémonies du thé pratiquées en dehors des temples bouddhistes étaient de somptueuses manifestations de richesse et d'opulence, mais avec des maîtres du thé comme Sen no Rikyu, l'idéal et la philosophie ont changé pour s'adapter davantage à la vision du monde zen. Les diverses règles, rituels, étiquette, philosophie et esthétique de la cérémonie du thé ont été développés sous Rikyu et se sont poursuivis à l'époque moderne. Les cérémonies japonaises du thé se déroulent souvent dans des maisons de thé spécialement conçues à cet effet, qui sont elles-mêmes souvent entourées de jardins de thé, mais d'autres lieux peuvent également accueillir des cérémonies du thé. Les saisons dictent souvent les types spécifiques de calligraphie, d'articles de thé, d'arrangements floraux et d'encens à utiliser et le thé de choix est presque toujours le matcha, du thé vert en poudre, bien que les cérémonies du thé utilisant le sencha existent, mais ne sont pas aussi courantes.

                                Les outils:

                                • La bouilloire, bien que les méthodes de chauffage traditionnelles comme l'utilisation d'une tetsubine, peuvent être utilisées à la place.
                                • Le bol à thé ou le chawan est utilisé à la place de la théière, car le thé en poudre, plutôt que les feuilles en vrac, est le thé de prédilection. Le design, le style et les couleurs dépendent généralement de la saison et les bols suivant l'esthétique wabi-sabi, vieux, rugueux, naturels et usés ainsi qu'irréguliers, asymétriques et légèrement endommagés sont appréciés et peuvent être utilisés.
                                • La boîte à thé, un petit récipient qui contient la poudre de matcha.
                                • Pelle à thé, qui est souvent en bambou mais d'autres matériaux existent également. La cuillère à thé est utilisée pour appliquer le matcha dans le bol de thé principal pour l'infusion.
                                • Fouet à thé ou chasen. Cet outil en bambou est à plusieurs dents et ressemble à une brosse, il sert à fouetter et à battre le matcha et l'eau chaude jusqu'à ce qu'une épaisse surface de mousse se forme.
                                • La serviette à thé ou chakin est utilisée pour essuyer le bol de thé après l'avoir bu.
                                • On peut également utiliser des ustensiles en bambou pour briser la poudre de matcha ainsi qu'un tamis ou une passoire dans laquelle on verse le matcha pour l'affiner et essayer de limiter les grumeaux de thé qui peuvent se former.

                                  Laisser un commentaire

                                  D'autres articles de blog

                                  Les 14 meilleurs thés pour les débutants
                                  Les 14 meilleurs thés pour les débutants
                                  Le thé, ce mot si simple... Ce qui se cache derrière ce mot simple est tout s...
                                  lire plus
                                  Recette et bienfaits du thé à la cannelle
                                  Recette et bienfaits du thé à la cannelle
                                  L'un des principaux ingrédients du thé chai et du thé aux épices, la cannelle...
                                  lire plus
                                  Liste des outils pour la cérémonie du thé gonfu
                                  Liste des outils pour la cérémonie du thé gonfu
                                  Il est essentiel de savoir en quoi consiste un service à thé gongfu et commen...
                                  lire plus